Pourquoi il est important de rester chez soi pour stopper le coronavirus

Chargement en cours
Rester chez soi, c'est avant tout limiter la propagation du COVID-19. Chacun est responsable de sa prolifération.
Rester chez soi, c'est avant tout limiter la propagation du COVID-19. Chacun est responsable de sa prolifération.
1/2
© Adobe Stock, NDABCREATIVITY

Pour freiner la pandémie qui sévit à travers le monde, les gouvernements ont pris des mesures drastiques. Le président Emmanuel Macron a annoncé le confinement des Français, mis en place dès le 17 mars 2020. Pourquoi est-il important de respecter cette consigne ?

Aux journaux télévisés de 20 heures, la nouvelle tombait le lundi 16 mars 2020. Emmanuel Macron appelait à "limiter au maximum les contacts au-delà du foyers". "Seuls doivent demeurer les trajets nécessaires pour se soigner, pour travailler si le travail à distance n'est pas possible ou pour faire ses courses avec de la discipline et en mettant une distance d'un mètre, en ne serrant pas la main", expliquait-il. Certains ont, à tort, du mal à respecter la règle. En apparence contraignante, la mesure de confinement à domicile est pleine d'avantages. Elle offre la possibilité de se recentrer sur l'essentiel et, surtout, de sauver des vies.

Le confinement freine le nombre de nouveaux cas

Rester chez soi, c'est avant tout limiter la propagation du COVID-19. Chacun est responsable de sa prolifération, en circulation libre et causé par des contacts aléatoires entre personnes ou déposé sur une surface par quelqu'un contaminé. Le site Futura Sciences a expliqué la facilité de transmission du virus : "Les chercheurs en ont conclu que le coronavirus peut survivre jusqu'à trois heures dans l'air, 4 heures sur une surface cuivrée, 24 heures sur du carton, et jusqu'à trois jours sur du plastique ou de l'acier inoxydable. Évidemment, cela favoriserait la transmission entre individus. Une quinte de toux et le pathogène se propagerait pendant plusieurs heures." En Chine ou en Italie, pour ne citer que deux des pays les plus touchés, cette mesure d'isolation a fait ses preuves, participant à la résorption de l'agent infectieux.

Un cri du coeur du service hospitalier

Sur le site du gouvernement sont martelées les directives (déplacements limités aux courses, promenades des animaux, pharmacie, ...) et le respect scrupuleux des gestes-barrières. Y veiller signe faire attention à sa santé et celle des autres mais aussi aider le personnel soignant, en première ligne dans le combat contre cette pandémie due au coronavirus. Sur France Inter, le directeur général de la Santé Jérôme Salomon a alerté les citoyens français qui ont tous "un rôle majeur" à jouer : "Les soignants font des sacrifices considérables, ils appellent les Français à faire barrière au virus en restant chez eux et en réduisant massivement tous les contacts. Nous pouvons tous véhiculer le virus sans le savoir, nous pouvons être porteur et donc transmetteur."

Ne pas obéir aux injonctions, c'est prendre un risque inconscient et mettre en danger des inconnus mais aussi ses proches. Le résultat ? Des hôpitaux surchargés et un corps médical potentiellement touché par le COVID-19, transporté par l'afflux de malades. Dimanche 22 mars, un médecin urgentiste, Jean-Jacques Razafindranazy, est décédé après avoir été testé positif au coronavirus. Dans un communiqué, publié lundi 23 mars par le journal Le Parisien, des chercheurs, chefs de cliniques ou encore internes exhortent à rester chez soi : "Nous aider, c'est respecter strictement le confinement. (...) Les dérives que nous observons nous apparaissent inacceptables pour la sécurité collective. Aussi, nous considérons que le non-respect des mesures de confinement imposerait un renforcement de ces mesures."

Le manifeste poursuit sur les conséquences subies au quotidien par le personnel soignant : "Dès à présent, des conditions de soins extrêmement difficiles et éprouvantes s'imposent aux professionnels du soin qui se mobilisent avec une solidarité exemplaire." Vous savez ce qu'il vous rester à faire ? Restez chez vous !

Vos réactions doivent respecter nos CGU.