Pourquoi éternue-t-on ?

Chargement en cours
Éternuer est un réflexe naturel.
Éternuer est un réflexe naturel.
1/2
© Adobe Stock, Maksymiv Iurii

La rédaction

Les signaux sont toujours les mêmes... Vous sentez venir de légers picotements dans vos narines avec un besoin irrépressible d'inspirer profondément pour ensuite tout expirer brutalement avec plus ou moins de discrétion. C'est l'éternuement, un réflexe normal qui a son utilité. Explications.

Une protection contre les particules pathogènes et irritantes

Atchoum !! Sachez qu'à chaque fois que vous éternuez, vous vous protégez contre des substances irritantes. C'est tout simplement un mécanisme de défense enclenché par le cerveau.

Tout commence par la respiration. Quand vous inspirez vous faites pénétrer de l'air extérieur dans vos poumons. Dans cet air se trouvent des particules irritantes ou pathogènes (poussières, pollen...). Les poils du nez et le mucus capturent les plus grosses ; ces deux boucliers naturels les empêchent d'aller plus loin dans les voies respiratoires (bronches, poumons).

Une partie des éléments capturés par le mucus passe dans l'oesophage et l'estomac pour être éliminé. L'autre partie est expulsé par le nez, soit par le mouchage, soit par l'éternuement pour les plus petites particules. En effet, des capteurs se trouvant à l'intérieur des narines détectent ces particules d'air irritantes ou pathogènes. Ils envoient alors un signal au cerveau, via les nerfs, pour lui demander de les chasser. En retour, le cerveau ordonne leur expulsion en trois étapes : une grande inspiration, la contraction des muscles expirateurs et l'expiration brutale. Pendant un éternuement, la vitesse de l'air expulsé peut atteindre jusqu'à 200 km/h.

Ce phénomène peut parfois se répéter plusieurs fois de suite jusqu'à ce que les substances intruses soient complètement évacuées. Un seul éternuement ne suffit pas toujours à tout expulser.

Quand on est enrhumé, les éternuements sont plus fréquents car le nez doit combattre plus de substances pathogènes.

Mais ce n'est pas tout. En provoquant une surpression dans les poumons et le nez, l'éternuement permettrait aussi de stimuler notre système de production et de circulation du mucus, dont le rôle est de capturer les poussières et de les éliminer.

Pourquoi certaines personnes éternuent face à la lumière du soleil ?

Ce phénomène toucherait une personne sur quatre. On l'appelle le réflexe photo-sternutatoire. Il se caractérise par le déclenchement d'un éternuement à la vue du soleil. Des scientifiques se sont penchés sur ce phénomène surprenant et ont trouvé son origine. Le fait de regarder la lumière du soleil ou de passer de l'ombre à la lumière du jour de façon soudaine stimule le nerf optique. Or, le nerf optique est très proche du nerf trijumeau, qui est en partie responsable du déclenchement de l'éternuement. Chez certaines personnes, la stimulation du nerf optique créé des interférences avec le nerf trijumeau voisin. Ce dernier est alors activé et déclenche automatiquement un éternuement. Pour l'éviter, protégez vos yeux du soleil en portant des lunettes ou un chapeau !

Un réflexe qui peut être dangereux

Cela reste heureusement très rare mais il faut savoir que l'éternuement n'est pas un geste anodin pour le corps. Il peut provoquer des complications si on cherche à se boucher le nez pour faire moins de bruit, à cause des variations de pression. Un éternuement contrôlé peut provoquer :

- Une rupture d'anévrisme ;

- Des lésions au niveau de l'oreille interne et des tympans ;

- Un pneumothorax (présence d'air dans le thorax par perforation de la plèvre, membrane qui enveloppe le poumon).

Vous pouvez essayer d'empêcher que l'éternuement ne survienne dès les premiers signes (picotements dans le nez), en avalant rapidement votre salive ou en vous pinçant le nez bouche fermée. En revanche, si vous sentez que l'éternuement est inévitable, ne tentez surtout pas de le contrôler au risque de vous blesser !

Vos réactions doivent respecter nos CGU.