Pourquoi est-il plus difficile de se réveiller lorsqu'il fait froid ?

Chargement en cours
En hiver, le manque de lumière affecte notre métabolisme et notre moral.
En hiver, le manque de lumière affecte notre métabolisme et notre moral.
1/2
© iStock, eggeeggjiew

Le soleil se fait plus rare, les nuits rallongent et les températures dégringolent. Quand le réveil sonne, difficile d'avoir envie de sortir de dessous la couette à cette période. Mais pourquoi ?

Une fois l'hiver installé, bon nombre de personnes expérimentent un sentiment de grande fatigue. La terre se repose et donne des envies d'hibernation à l'humain. Pour se chauffer, faire la marmotte reste l'une des solutions premières mais encore faut-il réussir à sortir du lit à l'aube ! Mission presque impossible pour certains qui, en plus de ne peut-être pas être du matin, sont réfractaires à affronter la fraîcheur de ces courtes journées hivernales. En cause ? Les impacts des modifications du cycle lumière-obscurité sur notre corps.

Pas de soleil mais plus de mélatonine

Les jours raccourcissent et exercent une influence sur notre métabolisme. Notre horloge biologique est affectée par un manque de lumière naturelle. De cette absence vitale de soleil découlent une baisse d'énergie flagrante, une possible carence en vitamine D et un besoin fortement marqué de sommeil. L'obscurité aide à stimuler la sécrétion de la mélatonine, la fameuse hormone du sommeil. À cette période, le rythme corporel connaît un bouleversement scientifiquement avéré. Le spécialiste des pathologies du sommeil, Olivier Pallanca, confie ainsi au Madame Figaro : "Quand la lumière et la température baissent, nous avons tendance à dormir un peu plus longtemps, à manger plus et à vouloir rester au chaud."

Une léthargie nommée "fatigue hivernale"

Ce changement climatique saisonnier entraîne des troubles du sommeil, de l'humeur et de la concentration... Des maux regroupés sous un nom précis. La difficulté à se réveiller est l'un des symptômes de la "fatigue hivernale". "Il suffit d'habiter un appartement un peu sombre, de rester dans des bureaux éclairés avec des lumières artificielles et de quitter son travail une fois la nuit tombée pour 'maintenir l'organisme dans un état de sous-stimulation'", précise Olivier Pallanca. Le chamboulement de notre rythme circadien n'est pas sans conséquence sur le moral. ll peut se transformer en dépression saisonnière.

Des solutions pour y remédier

Pour un réveil en douceur, il est conseillé de prendre au maximum la lumière naturelle. En complément et au besoin, une cure de luminothérapie est recommandée pour rétablir l'horloge biologique. Nombreux pays nordiques, où les jours sont réduits, ont opté pour cette pratique régulière. Dans Psychologies Magazine, le chronobiologiste Claude Gronfier estime également qu'il ne faut pas retarder l'heure du coucher si la fatigue se fait sentir: "Mon conseil, avant tout, c'est de ne pas lutter contre le sommeil le soir. En règle générale, nous avons tous une dette de sommeil et cela nous ferait sans doute beaucoup de bien de dormir une heure ou deux heures de plus chaque nuit." Affaibli par le froid, le manque de luminosité et les infections, l'organisme est rudement mis à l'épreuve en hiver.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.