Peut-on vraiment mourir de peur ?

Chargement en cours
Comme toutes les émotions, la peur peut avoir une influence sur la santé de votre coeur.
Comme toutes les émotions, la peur peut avoir une influence sur la santé de votre coeur.
1/2
© Adobe Stock, deagreez

La période d'Halloween est souvent propice aux questions un peu étrange sur les croyances aux fantômes et autres légendes urbaines. Mais il y a aussi une question récurrente, véhiculée par les films et les histoires d'horreur : peut-on vraiment mourir de peur ? La réponse est oui, dans certains cas.

La peur est liée à de nombreux mythes et légendes. Certaines personnes affirment qu'une frayeur intense peut faire virer les cheveux d'une personne au blanc, par exemple. L'expression "mourir de peur" est également très utilisée, mais souvent au sens figuré. Toutefois, cela ne l'empêche pas d'avoir des racines bien ancrées dans le réel.

Le coeur, un organe réactif

Selon les cardiologues, il est tout à fait possible de mourir de peur, comme il est d'ailleurs possible de mourir d'un chagrin d'amour. Et pour cause : notre coeur est un organe qui réagit aux émotions fortes. La preuve : vous avez probablement déjà senti votre coeur s'emballer à cause d'une frayeur plus ou moins importante. Cette réaction est due à une décharge de catécholamines, des neurotransmetteur sécrétés par les glandes surrénales, qui vont accélérer le rythme cardiaque. Parmi elles, on retrouve des noms bien connus tels que la dopamine ou l'adrénaline.

Ces neurotransmetteurs vont avoir plusieurs effets : outre une augmentation du rythme cardiaque, ils entraînent également une constriction des vaisseaux et une élévation de la tension artérielle. Ces symptômes ne durent généralement pas bien longtemps, et le coeur finit par retrouver un rythme normal. Du moins, dans la grande majorité des cas.

Qui sont les personnes à risque ?

Si l'on conseille à certains individus d'éviter les attractions à sensations fortes et les activités pouvant générer de grosses frayeurs (maison hantée, saut à l'élastique ou en parachute...), ce n'est pas pour rien. Les personnes âgées ou celles souffrant de maladies cardiovasculaires doivent en effet tout faire pour éviter que leur coeur ne s'emballe - en particulier si elles souffrent d'une insuffisance coronarienne ou de canalaopathie -, à moins qu'elles n'aient pris des bêta-bloquants qui empêcheront l'adrénaline et la dopamine de se fixer sur les neurorecepteurs. Bon à savoir pour celles qui aiment se faire peur mais qui n'ont pas le coeur bien accroché.

Attention au syndrome du takotsubo

Aussi connu sous le nom du "syndrome du coeur brisé", le syndrome du takotsubo décrit le fait de ressentir des douleurs dans le thorax et un rythme cardiaque élevé après un stress émotionnel, que celui-ci soit généré par un chagrin d'amour ou par une frayeur intense. Ses symptômes sont les mêmes que ceux d'un infarctus, mais leurs résultats ne sont pas similaires. Là où ce dernier va venir boucher une artère, le syndrome du takotsubo va quant à lui entraîner un blocage de la paroi antérieure du coeur, ce qui peut avoir de sérieuses conséquences chez les personnes à risque.

Toutefois, les médecins se veulent rassurants : oui, il est possible de "mourir de peur", mais c'est extrêmement rare, et il ne s'agit pas de morts subites. Si vous avez le moindre doute sur votre santé cardiovasculaire ou que vous ressentez des douleurs dans le thorax après une émotion forte, n'hésitez pas à consulter un médecin le plus rapidement possible.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.