Musicothérapie : quand la musique adoucit les maux

Chargement en cours
La musicothérapie active consiste à participer à la séance en jouant des instruments ou bien faisant des improvisation vocales.
La musicothérapie active consiste à participer à la séance en jouant des instruments ou bien faisant des improvisation vocales.
1/2
© iStock, eriyalim

Mina Levy

Dans le métro, sous la douche ou encore au travail : la musique tient une place importante dans la vie de chacune. Mais connaissez-vous ses pouvoirs sur votre santé ? Zoom sur la musicothérapie et ses bienfaits.

Qu'est-ce que la musicothérapie ?

La musicothérapie est considérée comme une médecine douce qui utilise la musique pour soigner différentes douleurs. Les sons et les rythmes interviennent pour extérioriser toute souffrance, qu'elle soit physique ou psychologique, du corps du patient. Et contrairement à ce que l'on pourrait croire, il n'est pas nécessaire d'avoir une connaissance musicale pour que cette thérapie fonctionne. En revanche, chaque individu réagit différemment à cette pratique en sachant que certains ne sont absolument pas réceptifs.

Comment se déroule une séance ?

La séance commence avec un test visant à déterminer si les effets de la musique auront un impact positif sur l'individu. Pour en être certain, le professionnel demande au principal concerné d'improviser en prenant un instrument pour laisser libre court à ses émotions par le biais du rythme. Ensuite, si le résultat est efficace, le thérapeute détermine quel type de séance répond le plus aux besoins de l'individu en question.

Deux techniques

Il existe 2 types de techniques à prendre en compte avant de se lancer. La musicothérapie active consiste à laisser le patient participer directement à l'exercice : il émet des sons ou bien joue à un instrument. Cela permet à la personne de se défouler pleinement tout en faisant appel à sa créativité. Quant à la musicothérapie réceptive, le patient reste actif, mais d'une manière différente. Au lieu de participer directement, il écoute un son qui varie en fonction de ses besoins pour atténuer l'anxiété, faciliter le sommeil et améliorer son humeur.

Quels sont les bienfaits ?

La musicothérapie peut s'adapter au besoin de chaque individu, mais procure aussi des bienfaits spécifiques selon les maladies. Par exemple, certaines études laissent entendre qu'elle aurait des effets positifs sur les patients atteints d'un cancer car elle réduirait les nausées causées par la chimiothérapie, mais aussi leurs souffrances physique et psychologique. Concernant les personnes atteintes de la maladie de Parkinson, cette thérapie serait, selon le projet Parkidee, efficace en termes de rééducation de la respiration et d'atténuation des douleurs. Hervé Platel, un musicothérapeute, s'est aussi confié auprès de France Alzheimer sur cette technique en 2018 : "Non seulement la musique permettait de les stimuler pour les faire communiquer, mais elle avait aussi un pouvoir d'éveil cognitif. (...) Par exemple, leur apprendre des mélodies de chansons qu'ils n'avaient jamais apprises auparavant."

Quels sont les risques ?

S'il existe peu de risques concernant cette pratique, voici tout de même quelques recommandations. Avant de commencer votre séance, faites attention au volume sonore : si le son est fort, il pourrait avoir un impact considérable sur les patients les plus sensibles. Aussi, l'humeur varie considérablement selon le genre musical aimé par la personne. Par exemple, le hard rock pourrait influencer négativement un individu répondant plus à la musique classique.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.