Les allergies saisonnières en 5 idées reçues

Chargement en cours
Même si le printemps signe tout autant l'arrivée des beaux jours que des allergies, ces hypersensibilités peuvent apparaître à n'importe quelle période.
Même si le printemps signe tout autant l'arrivée des beaux jours que des allergies, ces hypersensibilités peuvent apparaître à n'importe quelle période.
1/2
© Adobe Stock, Budimir Jevtic

Dérangement du système immunitaire par un corps étranger, l'allergie peut prendre une forme nasale, respiratoire, oculaire, cutanée ou se déclarer via un oedème ou un malaise. Jusqu'à 40% de la population mondiale présenterait une sensibilisation à un allergène. Ces rhinites, conjonctivites, crises d'asthme ou d'eczéma, et autres compliquent l'existence de ceux qui les subissent. Au milieu de tout ce fouillis, difficile d'y voir claire sur la pathologie ! En voici cinq principales idées reçues.

Les allergies sont surtout printanières

Faux. Même si le printemps signe tout autant l'arrivée des beaux jours que des allergies, ces hypersensibilités peuvent apparaître à n'importe quelle période. Une saison n'est pas plus concernée par ces maux qu'une autre. Pas de temps mort pour les allergènes ! Cette idée reçue a la vie dure à cause de la prolifération des pollens (arbres, fleurs, graminées, herbacés) entre mars et septembre, transportés par le vent. Tout au long de l'année, il est possible qu'une allergie aux acariens, aux médicaments, à de la nourriture, à des animaux ou même à de la moisissure se révèle.

L'environnement ne joue pas un rôle dans les allergies

Faux. La Terre découvre quotidiennement des conséquences nouvelles à la mauvaise préservation de l'environnement. Parmi elles se trouvent les allergies ! Des scientifiques de la fédération des Associations de surveillance de la qualité de l'air (Atmo France), du Réseau national de surveillance aérobiologique (RNSA) et de l'Association des pollinariums sentinelles de France (APSF) étudient le lien de causalité entre le réchauffement climatique et le développement des allergies. La hausse des températures engendrerait la multiplication des pollens qui, eux-mêmes, déclencheraient des pics inhabituels de réactions. De plus, les pollutions atmosphériques extérieures et intérieures réduiraient la tolérance aux allergies.

Passer un certain âge, il n'est plus possible de devenir allergique

Faux. Que l'on soit petit ou grand, nous sommes tous concernés. L'allergie peut se déclarer à n'importe quel âge, contrairement à une certaine croyance populaire qui veut que les seniors soient immunisés. Elle peut survenir chez les soixante ans et plus comme chez les tout-petits. Les personnes d'âge mûr attribuent régulièrement les symptômes à la fatigue physique sans savoir ce qui se cache derrière. Si beaucoup d'allergies alimentaires sont dévoilées avant les cinq ans d'un individu, il arrive qu'elles surgissent au cours de la vie d'adulte comme le font tout particulièrement celles respiratoires.

Le facteur héréditaire n'existe pas pour l'allergie

Faux. Si la transmission de l'allergie des parents à leur progéniture n'est pas systématique, elle est bien loin d'être rare. Des études ont démontré une association entre la génétique et le fait d'être sujet à ce problème. Avec un parent touché, l'enfant a 30% de chances d'être allergique. Elles montent à 50% de probabilité lorsque les deux membres du couple sont concernés, voire jusqu'à 80% s'ils partagent la même allergie. Des probiotiques peuvent être administrés à la femme enceinte pour diminuer les risques.

Déceler une allergie ne nécessite pas obligatoirement de test

Faux. Sur Internet, il existe bien des propositions douteuses de tests à la maison mais le potentiel malade ne sera jamais aussi assuré qu'entre les mains d'un professionnel qui, à l'issue d'un interrogatoire sur l'apparition des symptômes, effectue un test cutané et/ou une prise de sang afin de trouver d'éventuels allergènes à l'aide des "IgE spécifiques" (Immunoglobuline E). Au moins, dans ce cas, la réponse est claire et officielle !

Vos réactions doivent respecter nos CGU.