Le vitiligo : quand l'épiderme est envahi de tâches blanches

Chargement en cours
Le vitiligo est une maladie de la peau qui n'est ni contagieuse, ni douloureuse.
Le vitiligo est une maladie de la peau qui n'est ni contagieuse, ni douloureuse.
1/2
© Adobe Stock, Andrii
A lire aussi

Marine de Guilhermier

Maladie peu connue du grand public, le vitiligo toucherait pourtant, selon différentes études, entre 0,5 et 2% de la population mondiale. Caractérisée par une dépigmentation de la peau, elle n'est pas douloureuse mais peut avoir d'importantes conséquences psychologiques chez les personnes atteintes.

Le vitiligo est une maladie cutanée qui se caractérise par l'apparition de taches blanches sur le corps, généralement d'abord les mains, les pieds et le visage. Ces taches de tailles variables sont causées par la disparition des cellules responsables de la couleur de la peau : les mélanocytes, ce qui provoque donc une dépigmentation de l'épiderme. Le vitiligo touche des personnes dans le monde entier, indépendamment de leur couleur de peau ou de leur genre et se déclare généralement entre 10 et 30 ans.

Les différents types de vitiligo

Il existe trois types de vitiligo : le vitiligo segmentaire, le vitiligo généralisé et le vitiligo universalis. Le premier apparaît la plupart du temps chez les enfants ou adolescents et n'est localisé que sur une seule partie du corps. Si son apparition est rapide, il n'évolue généralement plus une fois installé. Le vitiligo généralisé est caractérisé par de nombreuses taches blanches plus ou moins symétriques apparaissant sur n'importe quelle partie du corps. Imprévisibles, elles peuvent rester petites ou grossir rapidement. La troisième forme de la maladie, l'universalis, est quant à elle plus rare et touche quasiment l'ensemble du corps.

Une maladie encore mystérieuse

Bien que des textes de l'Antiquité parlaient déjà de ce qu'on appelle aujourd'hui le vitiligo, ses causes ne sont toujours pas connues. Ainsi, si l'on sait que la maladie est due à la disparition des mélanocytes, les scientifiques ne savent pas exactement ce qui cause cette disparation. Il existe cependant plusieurs hypothèses : le vitiligo aurait une forte composante auto-immune, il va d'ailleurs souvent de pair avec des troubles de la thyroïde, et il serait aussi lié à des facteurs génétiques - il y a souvent plusieurs cas dans une même famille. Par ailleurs, on sait que le stress peut être un facteur déclenchant de la maladie. "Dans la moitié des cas, c'est un gros choc, un traumatisme qui a révélé le vitiligo. Après, le stress quotidien, lié au travail par exemple, peut aggraver une situation déjà établie", indique le professeur Khaled Ezzedine, dermatologue spécialiste du vitiligo à l'hôpital Henri Mondor à Paris, à Doctissimo. Enfin, si, aujourd'hui, aucun traitement ne peut guérir l'affection, il est tout de même possible d'en freiner le processus et il existe des traitements de repigmentation.

Des conséquences psychologiques

N'étant ni contagieux, ni douloureux - les taches blanches ne démangeant que très rarement -, le vitiligo est considéré sur le plan médical comme une maladie bénigne. Ce qui ne veut pas dire qu'il n'est pas dur d'en souffrir. Psychologiquement, c'est même parfois très difficile, comme l'explique le professeur Ezzedine, toujours à Doctissimo : "Il y a des gens pour lesquels le vitiligo sera vécu comme un drame. Pour ceux-là, il est indispensable de tenir compte de l'impact psychologique de cette maladie."

L'Association Française du Vitiligo propose un accueil téléphonique sur le sujet, tout comme des workshops Beauté du Teint pour apprendre à maquiller ses taches ou simplement en parler et ainsi mieux vivre la maladie. Enfin, les parcours de Michael Jackson ou de la mannequin Winnie Harlow prouvent qu'être atteint de vitiligo n'empêche pas de réaliser ses rêves !

Vos réactions doivent respecter nos CGU.