La variole du singe est-elle dangereuse ?

Chargement en cours
Dans la majorité des cas, l'infection serait bénigne et guérirait spontanément en 2 à 3 semaines.
Dans la majorité des cas, l'infection serait bénigne et guérirait spontanément en 2 à 3 semaines.
1/2
© Adobe Stock, angellodeco

Les cas de variole du singe se multiplient en France et en Europe depuis quelques semaines. Dans un contexte de crise sanitaire marquée par le Covid-19, cette épidémie naissante inquiète. Mais cette maladie est-elle réellement dangereuse ?

Les principales zones endémiques de la variole du singe se trouvaient jusqu'à présent en Afrique occidentale et centrale. Mais aujourd'hui, l'Europe constitue un épicentre de l'épidémie de variole du singe la plus importante et la plus étendue géographiquement jamais signalée en dehors des zones endémiques d'Afrique. En France, on compte 17 cas (au 31 mai 2022), qui n'ont aucun lien avec des retours de zones endémiques en Afrique.

Qu'est-ce que la variole du singe ?

La variole du singe est une maladie infectieuse provoquée par le virus Monkeypox transmis par des animaux infectés, généralement des rongeurs. Les symptômes sont semblables à ceux de la variole mais ils sont moins graves. Les personnes infectées présentent une fièvre, des maux de tête, un gonflement des ganglions lymphatiques, des douleurs au niveau du dos, des courbatures et une fatigue inhabituelle. Quelques jours après l'apparition de la fièvre, une éruption cutanée apparaît d'abord sur le visage pour s'étendre ensuite à d'autres parties du corps (muqueuses, plante des pieds, paumes des mains...). Les boutons ressemblent au départ à ceux de la varicelle, ce sont des boutons avec du liquide à l'intérieur. Ils passent ensuite au stade de pustules puis deviennent des croûtes. Lorsque les boutons passent au stade de "croûtes", les malades ne sont plus contagieux. La période d'incubation peut aller de 5 à 21 jours et l'état fiévreux dure entre 1 et 3 jours.

Faut-il s'inquiéter ?

Pour le moment, plusieurs éléments montrent que la variole du singe ne serait pas dangereuse et qu'il ne faudrait pas s'inquiéter outre-mesure. Dans la majorité des cas, l'infection serait bénigne et guérirait spontanément en 2 à 3 semaines. Elle serait mortelle dans 1 à 10% des cas mais avec une prise en charge rapide, la plupart des patients se rétablissent.

Aussi, la propagation d'homme à homme est limitée, le virus se transmettant principalement à l'être humain à partir d'animaux sauvages, rongeurs ou primates. L'infection est généralement causée par un contact direct avec du sang, des liquides biologiques, des lésions cutanées ou muqueuses d'animaux infectés. La transmission interhumaine se fait par l'inhalation de gouttelettes respiratoires, le contact direct avec des liquides biologiques ou la lésion, et le contact indirect (vêtements, objets, linge de maison contaminés).

Les personnes récemment infectées en Europe ne présentent pas d'état grave et aucun décès n'a été signalé. Par conséquent, les autorités sanitaires ne s'inquiètent pas de la dangerosité du virus à ce stade. La priorité aujourd'hui est de "contenir cette épidémie en arrêtant autant que possible la transmission entre individus", indique l'Organisation Mondiale de la Santé dans un communiqué publié le 31 mai 2022. L'OMS se veut optimiste quant à l'évolution de la situation sanitaire et assure que cette épidémie ne nécessitera pas de mesures aussi strictes que celles mises en place pour le Covid-19 car le virus ne se propage pas aussi vite.

Comment limiter sa propagation ?

Santé Publique France a émis des recommandations pour limiter la propagation du virus Monkeypox. Les cas confirmés doivent s'isoler à domicile pendant 3 semaines à partir de la date d'apparition des premiers symptômes si leur état ne nécessite pas d'hospitalisation. Ces personnes doivent aussi s'isoler des autres membres du foyer, porter un masque et ne pas avoir de contact physique avec d'autres individus, ni partager leurs vêtements, linge de maison, literie et vaisselle.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.