Ischémique, hémorragique... zoom sur les différents AVC

Chargement en cours
L'AVC indique l'obstruction ou la rupture d'un vaisseau sanguin dans le cerveau.
L'AVC indique l'obstruction ou la rupture d'un vaisseau sanguin dans le cerveau.
1/2
© iStock, Utah778
A lire aussi

Selon l'Inserm, en France, on dénombre un AVC toutes les quatre minutes, soit 140 000 nouveaux cas par an. Deux types d'accidents vasculaires cérébraux existent : les infarctus cérébraux et les hémorragies cérébrales ou méningées. Explications.

Première cause de handicap physique chez l'adulte, l'AVC, nommé familièrement attaque cérébrale, indique l'obstruction ou la rupture d'un vaisseau sanguin dans le cerveau. En raison du risque important de dommages irréversibles sur le cerveau, il faut agir rapidement. Lorsque les symptômes apparaissent, contactez immédiatement le Samu au 15 ou le 112, le numéro d'urgence européen.

L'AVC peut survenir à tout âge. Si en moyenne les personnes atteintes ont 74 ans, 25% ont moins de 65 ans et 10% moins de 45 ans. Outre le risque de handicap physique, l'AVC est la deuxième cause de démence, après la maladie d'Alzheimer. Et avec 20% de personnes qui décèdent l'année suivant leur attaque, il est aussi la deuxième cause de mortalité chez les hommes et la première chez les femmes.

Les infarctus cérébraux

Les infarctus cérébraux, qui concernent environ 80% des cas d'accidents vasculaires cérébraux, sont le plus souvent causés par un thrombus, une occlusion d'une artère cérébrale par un caillot sanguin. On parle également de thrombose, d'embolie cérébrale ou encore d'AVC ischémique.

Dans 25% des cas, ils sont dus à une arythmie cardiaque, une anomalie qui affecte la fréquence cardiaque normale. La rupture d'une plaque d'athérome, où différents éléments comme la graisse, le sang, le tissu fibreux ou le dépôt calcaire se déposent sur une partie de la paroi interne d'une artère, peut aussi diminuer sa taille jusqu'à entraver la circulation sanguine dans 25% des cas. Un autre quart des infarctus cérébraux est dû à une maladie des petites artères cérébrales. Enfin, le quart restant est la conséquence d'une dissection des artères carotidiennes et vertébrales, une lésion dans la paroi des artères qui provoque une infiltration du sang mais aussi un gonflement du volume de la paroi. Sachez que cette dernière cause est la première raison d'AVC ischémique chez les jeunes adultes.

Dans seulement 1% des cas, l'infarctus cérébral n'est pas d'origine artérielle mais veineuse. Dans ce cas, on parle de thrombose veineuse cérébrale. Elle peut survenir à tout âge. Chez les jeunes femmes, cela peut être dû à des facteurs hormonaux comme les contraceptifs type pilule, la grossesse etc. Elle est également favorisée par le tabac.

Les hémorragies cérébrales et méningées

Dans 15% des cas, les AVC peuvent être causés par les hémorragies cérébrales et dans 5% à des hémorragies méningées. Elles apparaissent lors de la rupture d'une artère cérébrale au niveau du cortex ou des méninges. Dans le cas où cela atteint l'artère cérébrale au niveau des méninges, la principale cause est la rupture d'anévrisme. En ce qui concernent les hémorragies cérébrales, elles sont soit la cause secondaire d'un traumatisme, spontanées, ou encore dues à une malformation vasculaire. Elles peuvent aussi apparaître dans le cas où le patient à une tumeur. Lorsqu'elles sont spontanées, cela est généralement le résultat d'une maladie de petites artères causée principalement par de l'hypertension artérielle. Enfin, l'angiopathie amyloïde cérébrale, maladie cérébro-vasculaire fréquente chez les personnes âgées, souvent associée à la maladie d'Alzheimer est responsable d'hémorragies spontanées superficielles, une anomalie des parois vasculaires.

Sources : Inserm.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.