Hyperosmie ou quand l'odorat trop développé est insupportable

Chargement en cours
Avoir un odorat surdéveloppé n'est pas toujours facile à gérer au quotidien.
Avoir un odorat surdéveloppé n'est pas toujours facile à gérer au quotidien.
1/2
© Adobe Stock, Antonioguillem

Marine de Guilhermier

Peu étudiés, les troubles de l'odorat sont pourtant nombreux. Et si les plus fréquents sont l'hyposmie (diminution de l'odorat) et l'anosmie (perte totale de l'odorat), il existe aussi de rares personnes qui souffrent, au contraire, d'une augmentation de la sensibilité de l'odorat, appelée hyperosmie. Un trouble qui peut parfois être particulièrement dur à vivre.

Une pathologie pénible

Contrairement à ceux de la vue et de l'ouïe, les troubles de l'odorat ne font pas l'objet de beaucoup de recherches. Ce qui ne veut pas dire qu'ils n'existent pas et qu'ils ne sont pas extrêmement dérangeants. Pour les personnes souffrant d'hyperosmie notamment, la vie peut même vite devenir un enfer. Car ces dernières peuvent percevoir des odeurs lointaines que les gens lambda ne détectent pas, et sentir à un degré bien plus fort que la moyenne celles que les autres sentent aussi. Et si certaines odeurs sont plutôt agréables comme celles des fleurs trônant sur votre table basse ou des bons petits plats de la voisine, d'autres sont bien moins ragoûtantes. Ainsi, les sentir de façon intense peut être tout simplement insupportable. Ce que confirme à Orange Alain, lui qui possède "un odorat super développé" : "C'est gênant socialement, notamment si quelqu'un a mauvaise haleine, si quelqu'un pue des pieds... et dans le métro c'est compliqué." Surtout que les odeurs nauséabondes peuvent "(le) rendre presque malade".

Quelles sont les causes de l'hyperosmie ?

Comme Alain, d'autres personnes souffrent de capacité olfactive exacerbée au point parfois d'en avoir des nausées et, malheureusement, il n'y a aujourd'hui pas vraiment de traitement pour guérir cette pathologie, notamment car les causes de l'hyperosmie sont encore largement méconnues. Tout de même, selon le site de l'Institut français de chirurgie du nez et des sinus conçu par deux ORL, qui précise que "l'hyperosmie est rarissime" : "De récentes études pratiquées sur le sujet ont démontré des rapports fréquents entre l'hyperosmie et la pathologie migraineuse." Et de développer : "Cette hyperosmie pendant la crise migraineuse serait équivalente à une 'hallucination olfactive', et ne s'accompagne pas forcement de maux de tête."

Il a aussi été observé que l'hyperosmie peut survenir après un choc émotionnel ou chez les individus souffrant de la maladie d'Addison, qui bouleverse les hormones, ou d'épilepsie. Par ailleurs, si pour beaucoup avoir un odorat extrêmement développé est un inconvénient, c'est un avantage pour certaines professions comme les sommeliers ou les parfumeurs !

L'hyperosmie chez les femmes enceintes

Si l'hyperosmie n'est pas un mal très connu, on entend, en revanche, souvent dire que l'odorat des femmes s'accroît soudainement quand elles sont enceintes. Pourtant, les études scientifiques à ce sujet sont peu concluantes. Il semblerait en fait que lors de la grossesse, les femmes sont simplement plus aptes à identifier les odeurs que les autres. Ainsi, selon une étude citée par Sud Ouest, durant le premier trimestre, les femmes ont plus précisément un "dégoût olfactif accru qui les pousse à éviter d'inhaler des substances dangereuses".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.