Comment mieux vivre avec la maladie de Parkinson ?

Chargement en cours
Les troubles de la déglutition font partie des symptômes de la maladie.
Les troubles de la déglutition font partie des symptômes de la maladie.
1/2
© Adobe Stock, Photographee.eu

La maladie de Parkinson se caractérise par la destruction progressive des neurones à dopamine permettant le contrôle des mouvements du corps. Diagnostiquée en moyenne à l'âge de 55 ans, cette pathologie peut être handicapante au quotidien. Voici quelques conseils pratiques pour vivre au mieux avec cette maladie.

En France, plus de 160 000 personnes souffrent de la maladie de Parkinson. Cette affection neurologique chronique se manifeste généralement par des symptômes moteurs tels que la raideur, la lenteur du mouvement et le tremblement au repos. La fatigue, l'apathie et les troubles de la motricité sont aussi caractéristiques de la maladie.

Alimentation, voyages, activités physiques, déplacements... Les symptômes impactent de nombreux aspects de la vie quotidienne.

Pratiquer une activité physique quotidienne

Les personnes atteintes de la maladie de Parkinson voient leurs activités physiques réduites d'environ 30%. Mais cela ne veut pas dire que toute activité physique est proscrite. Bien au contraire, les malades sont incités à maintenir une activité physique régulière car elle a un effet neuroprotecteur, diminue le risque de chute, améliore les performances motrices, cognitives et la qualité de vie. Des études affirment également que le sport contribue à améliorer l'efficacité des traitements. Aujourd'hui, l'activité physique fait d'ailleurs partie des traitements de la maladie de Parkinson. Les entraînements proposés par un kinésithérapeute associent un travail en résistance avec des contractions répétées d'intensité croissante et des exercices d'aérobie à haute intensité type marche, tapis de course, vélo. Des exercices d'équilibre et d'étirements sont aussi conseillés. Enfin, en complément, la danse et le tai-chi sont des activités qui ont démontré leurs bienfaits sur la motricité des malades.

Exercer son agilité et sa dextérité

Les gestes simples du quotidien peuvent devenir difficiles dans la maladie de Parkinson. S'asseoir, se lever, tourner la tête, couper des aliments, ou encore s'habiller sont des habitudes qui demandent beaucoup d'efforts chez certains patients. Dans leur prise en charge, les malades sont invités à identifier au jour le jour les gestes qu'ils n'arrivent plus à faire et à les signaler à leur rééducateur. Ce dernier a pour mission d'apprendre aux patients des astuces pour effectuer des gestes du quotidien sans se mettre en danger et d'entraîner leur agilité manuelle grâce à des exercices (tourner une petite balle dans la main, faire des noeuds, trier des pièces de monnaie, etc.).

Soigner son alimentation

La maladie de Parkinson et ses traitements peuvent entraîner des troubles de l'alimentation et des problèmes digestifs. Les patients peuvent notamment souffrir de dénutrition. Elle se caractérise par une perte de masse musculaire et de masse graisseuse liée à un déficit prolongé en apports nutritionnels, surtout en protéines. La maladie et les traitements peuvent, en effet, diminuer l'appétit. C'est pourquoi chaque malade doit pouvoir bénéficier d'un accompagnement par un diététicien-nutritionniste afin de bien connaître les aliments riches en protéines.

La constipation est aussi un problème rencontré par les malades. En cause, un ralentissement de la digestion induit par les traitements, le manque d'activité physique et la déshydratation. Pour y remédier, les patients sont invités à manger plus de fibres (fruits et légumes verts cuits), de céréales complètes et à boire beaucoup d'eau. Enfin, les personnes qui souffrent de troubles de la déglutition doivent modifier la texture de leurs aliments et de leurs boissons, voire supprimer certains aliments pouvant être dangereux (car ils favorisent les fausses routes). C'est le rôle de l'orthophoniste d'aider le patient à trouver la texture qui lui convient le mieux (mixée, hachée, moulinée, normale mais avec une sauce pour faciliter la déglutition...).

La maladie de Parkinson peut également nuire au sommeil, aux voyages, ou encore à la conduite automobile. Il convient toujours d'en parler avec son neurologue car il existe des solutions pour améliorer la vie de tous les jours malgré la maladie.

Sources : France Parkinson/Fondation pour la recherche médicale (FRM)

Vos réactions doivent respecter nos CGU.