Comment devenir centenaire ?

Chargement en cours
Être épanouie et bien entourée est une des clés de la longévité.
Être épanouie et bien entourée est une des clés de la longévité.
1/2
© Adobe Stock, Tierney
A lire aussi

Marine de Guilhermier

D'après l'INSEE, il y avait au 1er janvier 2016 en France, 21 000 centenaires, un chiffre 20 fois plus élevé qu'en 1970. Et selon les estimations, ils pourraient être 270 000, soit 13 fois plus, en 2070. Des prévisions encourageantes mais qui ne veulent pas dire qu'il ne faut pas faire particulièrement attention à sa santé psychologique et physique, si l'on aspire à vivre centenaire.

Être épanouie dans sa vie

Une étude américaine publiée en 2009 dans le Journal of the American Geriatrics Society conclut que l'espérance de vie est étroitement liée à la personnalité. En effet, les familles dans lesquelles on compte le plus de centenaires seraient plus extraverties ou moins névrosées. "C'est sans doute cela qui a un effet bénéfique sur le vieillissement. Par exemple, ceux qui sont moins névrosés gèrent mieux le stress. Et les extravertis ont plus d'amis, du coup ils s'occupent mieux d'eux", indiquait à l'époque Thomas Perl, le directeur de l'étude, comme le rapportait Le Figaro Santé. Être heureuse et entourée serait donc l'une des clés pour vivre au-delà d'un siècle. "Il faut avoir envie de vivre, être optimiste", précisait même la professeure Françoise Forette, alors directrice de la Fondation nationale de gérontologie, au quotidien, avant de révéler une autre information capitale concernant la vieillesse : "Arrêter de travailler trop tôt n'est pas une bonne idée. Car à la retraite, on fait dix fois moins de choses que quand on travaille, ce qui est délétère pour les fonctions cognitives. Or pour vivre centenaire, il faut un bon cerveau !"

Rester active

Si faire travailler son cerveau est essentiel pour s'assurer une longue vie, il ne faut pas négliger l'importance de prendre soin de son corps. "L'activité physique est ce qui se rapproche le plus de la fontaine de Jouvence", assure carrément Anne Fabiny, une gérontologue de l'Université Harvard, dans un document intitulé "Living Better, Living Longer" ("Vivre mieux, vivre plus longtemps" en français) publié par la prestigieuse université. Se dépenser - que ce soit à travers la pratique d'un sport, adapté à son âge, ou simplement en privilégiant la marche plutôt que les transports et des activités telles que le jardinage - permettrait ainsi de diminuer les risques de certaines maladies comme les cancers, Alzheimer ou encore les troubles cardiovasculaires. Évidemment, il est aussi déconseillé de fumer si l'on aspire à vivre le plus longtemps possible, car, comme il est rappelé sur tous les paquets de cigarettes, "fumer tue". Ainsi que de ne pas boire d'alcool ou en tout cas d'en consommer de manière raisonnable.

L'importance du lieu de vie

Interrogé par Le Figaro Santé en 2009, le démographe Jean-Marie Robine expliquait : "Il existe une corrélation entre la façon de distribuer les richesses et l'espérance de vie. Le Japon, pays où les femmes vivent en moyenne jusqu'à 86 ans et les hommes 79,2 ans, est une social-démocratie très égalitaire." Il précisait également que s'il est important de manger sainement, "l'alimentation est marginale pour devenir centenaire", avant d'ajouter : "Par contre, la médecine préventive est fondamentale. Au Japon, les salariés font tous les ans, dans leur entreprise, un check-up complet qui permet de détecter très tôt toutes sortes de pathologies." Enfin, rappelons que la longévité, c'est aussi une histoire de gènes. Alors, y a-t-il beaucoup de centenaires dans votre famille ?

Vos réactions doivent respecter nos CGU.