Comment dépister le diabète ?

Chargement en cours
Il existe différents tests pour détecter le diabète.
Il existe différents tests pour détecter le diabète.
1/2
© Adobe Stock, Minerva Studio
A lire aussi

Laetitia Reboulleau

Le diabète est une maladie de plus en plus présente en France comme à travers le monde. Très sérieuse, elle peut avoir de graves conséquences, et nécessite un dépistage pour être détectée. Faute de quoi, les complications peuvent aller jusqu'à l'amputation de membres, voire la mort du patient.

Le diabète est une maladie chronique générant le passage du sucre à travers les reins et, par conséquent, une forte concentration de glucose dans le sang. Ce taux de sucre anormalement élevé est dû à un pancréas paresseux qui ne sécrète pas assez d'insuline (l'hormone qui régule le glucose dans le sang), ou encore d'une mauvaise utilisation de cette insuline par l'organisme. En France, les chiffres de l'OMS indiquent que le diabète touche près de 3,3 millions de personnes. Cette maladie devrait être la 7ème cause de décès dans le monde d'ici 2030, à en croire les spécialistes.

Un dépistage essentiel

Pour éviter les dangers liés à la maladie, l'idéal est de se faire dépister au moindre doute. Sans quoi, la maladie peut s'installer rapidement, et très vite avoir de terribles conséquences. Plus elle est prise en charge à temps, moins elle sera dangereuse. D'autant qu'il existe un test de dépistage plutôt simple : une simple prise de sang suffit. Cette dernière doit être réalisée à jeun, c'est-à-dire sans avoir consommer le moindre aliment ou la moindre boisson depuis au moins 8h. C'est la raison pour laquelle cette analyse se fait généralement le matin, d'ailleurs.

Une fois le sang prélevé, l'analyse du laboratoire se concentre sur le plasma veineux : le sang dont ont été retirées toutes les cellules (globules rouges, globules blancs et plaquettes).

Décrypter les analyses du diabète

Si votre glycémie veineuse à jeun est inférieure à 1,10g/l (6,0 mmol/l), bonne nouvelle : vous ne souffrez ni de diabète, ni de pré-diabète. À moins de signes inquiétants, pas la peine de réaliser un nouveau test avant un à trois ans. Toutefois, il reste essentiel de surveiller son poids, de faire du sport et de manger de manière équilibrée.

Si votre glycémie est comprise entre 1,10 g/l et 1,25 g/l (6,0 et 6,8 mmol/l), il s'agit d'un diagnostic d'hyperglycémie modérée à jeun, ou de pré-diabète. Cela peut se révéler inquiétant sur le long terme : discutez-en avec votre médecin pour adapter et améliorer votre hygiène de vie au plus vite, avant que la situation n'empire. Vous devrez par ailleurs refaire un dépistage un an plus tard, afin de surveiller l'évolution de la maladie.

Si votre glycémie est inférieure à 2 g/l (11,1 mmol/l) ou supérieure ou égale à 1,26 g/l (7 mmol/l), des tests supplémentaires seront à effectuer afin de confirmer ou d'infirmer la présence d'un diabète de type 2. Pour cela, une seconde prise de sang sera effectuée à jeun. Le diagnostic sera confirmé en cas de glycémie à nouveau supérieure ou égale à ce seuil de 1,26 g/l (7 mmol/l).

Enfin, si votre glycémie est supérieure ou égale à 2 g/l (11,1 mmol/l), votre médecin devrait vous confirmer que vous souffrez bel et bien d'un diabète de type 2, et donc prendre des mesures pour votre santé.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.