Cirrhose du foie : quels sont les symptômes ?

Chargement en cours
L'alcool est responsable de plus de 70% des cas de cirrhose.
L'alcool est responsable de plus de 70% des cas de cirrhose.
1/2
© Adobe Stock, Photographee.eu

Très souvent due à une consommation excessive d'alcool, la cirrhose du foie peut avoir des conséquences dramatiques surtout qu'elle n'est pas facile à diagnostiquer dans les premiers temps.

C'est lorsque les tissus sains du foie sont peu à peu remplacés par des nodules et du tissu fibreux (fibrose) et que la fonction hépatique de l'organe est altérée que l'on parle de cirrhose. Une maladie grave et bien souvent irréversible qui est généralement causée par l'alcoolisme. "La première cause de maladie du foie reste très majoritairement l'alcool, responsable de plus de 70% des cas de cirrhose", indiquait ainsi le Pr Éric Nguyen-Khac, responsable du service d'hépato-gastro-entérologie du CHU d'Amiens, au Figaro en février 2019. Les hépatites virales, notamment B et C, et la stéatose hépatique non alcoolique peuvent aussi causer des cirrhoses.

Très peu de symptômes au début

Le problème de cette maladie, c'est qu'elle est difficile à diagnostiquer car pendant longtemps, elle ne provoque pas de douleur et n'entraîne pas de symptômes visibles. Ce n'est généralement que quand les cirrhoses sont à un stade très avancées, et donc irréversibles, que les premiers signes se font sentir. Les personnes touchées peuvent alors ressentir une grande fatigue et connaître une perte d'appétit et de poids, voire être sujettes aux nausées, vomissements et diarrhées. Viennent ensuite des symptômes plus inquiétants quand la cirrhose n'est pas prise en charge : "vomissement sanglant, présence de sang dans les selles, abdomen dilaté, ictère (jaunisse)....", comme l'écrit sur son site l'Assurance Maladie.

Comment la diagnostiquer

Souvent, c'est en faisant un examen clinique pour une toute autre raison qu'un individu apprend être atteint d'une cirrhose du foie, alors même qu'il n'a aucun symptôme. Dans d'autres cas, quand le médecin suspecte la cirrhose, il en cherche les signes cliniques qui sont, toujours selon l'Assurance Maladie, un foie "palpable sous les côtes, avec un bord inférieur régulier et dur, sans être douloureux", une rate grosse et palpable, des paumes de mains rouges (érythrose palmaire) ou encore "de petites étoiles rouges vasculaires visibles sur la peau (angiomes stellaires)". Mais pour confirmer le diagnostic, des examens sont nécessaires, généralement chez un hépato-gastro-entérologue.

Quelles sortes de traitement ?

Hormis la greffe du foie dans les cas les plus extrêmes et l'utilisation de médicaments antiviraux dans le cas de maladie due à une hépatite C, il n'existe pas de traitement contre la cirrhose. Si elle est "déjà présente, les cicatrices ne disparaissent pas. Lorsqu'elle est récente, le foie peut cependant récupérer une fonction presque normale", expliquait tout de même le Pr Romain Moirand, hépato-gastro-entérologue et responsable de l'unité d'addictologie du CHU de Rennes au Figaro.

Une fois la maladie diagnostiquée, il est cependant essentiel de changer d'hygiène de vie - cette dernière doit être irréprochable : ne pas fumer, manger équilibré, pratiquer une activité physique régulière... - et, surtout, d'opérer un sevrage total en boissons alcoolisées. Un suivi médical est aussi indispensable, car il existe de nombreuses complications aux cirrhoses.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.