Bipolarité : comment se faire soigner ?

Chargement en cours
La bipolarité se caractérise par des phases dépressives et des phases maniaques.
La bipolarité se caractérise par des phases dépressives et des phases maniaques.
1/2
© Adobe Stock, Wordley Calvo Stock

Solène Filly

La bipolarité est malheureusement sous-diagnostiquée en France. Les personnes touchées par cette pathologie oscillent entre moments euphoriques et dépressifs, mais il est possible de contrôler ce trouble de l'humeur en se faisant suivre par un professionnel de santé.

La bipolarité, qu'est-ce que c'est ?

Ce trouble, autrefois qualifié de psychose maniaco-dépressive, se caractérise par un dérèglement de l'humeur, soit des phases d'exaltation, lors desquelles la personne est hyperactive et euphorique, et de dépression, soit des moments où elle n'aura goût à rien, voire aura des pensées suicidaires. Mais cela ne veut pas dire qu'une personne bipolaire oscille en permanence entre ces deux états : elle peut très bien connaître des périodes où elle mène une vie psychique et sociale "normale", avant d'être victime d'un nouvel épisode dépressif ou maniaque. Il existe d'ailleurs différentes classification de la bipolarité - de type I, II ou III - en fonction de l'alternance des phases maniaques et dépressives. Malheureusement, la bipolarité, qui touche entre 1% et 2% des Français, est sous diagnostiquée comme l'indique le site Troubles-bipolaires lequel ajoute que près de 40% des personnes dites "dépressives" seraient en fait atteintes d'un trouble bipolaire sans le savoir.

Quelles solutions ?

Dès lors que l'on suspecte une bipolarité, la première chose à faire est de consulter un professionnel de santé, qu'il s'agisse d'un médecin traitant, d'un psychologue ou d'un psychiatre. Ce dernier réalisera alors un bilan de santé et pourra diriger le patient vers d'autres soignants pour l'accompagner. Si la bipolarité est diagnostiquée, un traitement pourra alors être conseillé. Comme l'indique la Haute Autorité de la Santé, il s'agit généralement de "thymorégulateurs", soit des médicaments qui vont stabiliser l'humeur. Peuvent s'y ajouter un antidépresseur, pour réguler les épisodes dépressifs, et/ou un antipsychotique pour les épisodes maniaques importants. En cas de phase aiguë, soit maniaque, soit dépressive, une hospitalisation est parfois recommandée notamment en cas de risque suicidaire ou de comportements dangereux.

Dans tous les cas, le patient doit être suivi par un médecin qui pourra l'alerter sur les éventuels effets secondaires des médicaments, mais aussi rechercher avec lui le traitement le plus approprié. Pour les femmes, un contraceptif peut aussi être conseillé, ce type de traitement étant contre-indiqué en cas de grossesse.

Il existe également des thérapies pour les personnes bipolaires, qui s'ajoutent généralement à un traitement médicamenteux. Des séances de psychoéducation ou de psychothérapie sont alors prescrites (de soutien, analytique, comportementale et cognitive, familiale), dont certaines sont également accessible aux proches du patient afin qu'ils comprennent mieux sa pathologie et sachent comment réagir aux différentes phases.

S'écouter et écouter

Peu importe le type de traitement, il est recommandé de respecter la fréquence des consultations avec son médecin afin qu'il puisse suivre l'évolution de la maladie. Surtout, il est important d'être à l'écoute de soi-même et de contacter son spécialiste en cas d'épisodes plus difficiles à gérer que d'autres ou de nouveaux traitements, qu'il s'agisse d'une prescription pour un autre problème de santé ou d'automédication.

À noter que le trouble bipolaire peut être reconnu comme une affection de longue durée sur simple demande d'un médecin traitant ou d'un psychiatre. Cela permet alors aux soins et examens liés à la pathologie d'être pris en charge par l'Assurance Maladie.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.