Bélénophobie : comment gérer la peur des aiguilles ?

Chargement en cours
Connue comme la peur des aiguilles, la bélénophobie touche plus de 10% de la population mondiale.
Connue comme la peur des aiguilles, la bélénophobie touche plus de 10% de la population mondiale.
1/2
© Adobe Stock, nikomsolftwaer

Dans le monde, on considère qu'une personne sur dix souffre de bélénophobie. Aussi connue comme la peur des aiguilles, cette réponse anxieuse peut provoquer des crises de panique, des évanouissements ou encore des nausées. Il existe différentes méthodes pour surmonter cette crainte. Voici quelques explications.

Les solutions les plus courantes

Pour vaincre la phobie des aiguilles, il existe des méthodes simples à adopter lorsque l'heure fatidique de la piqûre arrive. Généralement, il est recommandé de penser à autre chose. Le personnel médical peut aider à vous changer les idées. En vous posant des questions, vous allez vous concentrer sur la réponse à donner et oublier votre peur. Autre possibilité : vous pouvez déplacer votre attention sur un objet ou une activité pour ne pas penser à l'aiguille. Par exemple, vous pouvez utiliser votre téléphone pour lire l'actualité ou répondre à des messages. Il est aussi possible de venir à votre rendez-vous médical avec un proche qui viendra vous soutenir et vous divertir le temps de l'injection ou de la prise de sang.

Les techniques thérapeutiques

Si votre phobie est très importante, il peut être utile de consulter un professionnel de la santé spécialisé dans le traitement des angoisses. Ces psychologues de la phobie peuvent vous aider à comprendre cette crainte et la déconstruire avec vous. Les thérapeutes sont une bonne manière de travailler sur soi et sur cet obstacle. Ils peuvent mettre au point avec vous un suivi et des exercices dans l'objectif d'atténuer et faire disparaître cette peur. Grâce à diverses techniques, le patient va petit à petit tolérer les aiguilles et se familiariser avec cette situation. Selon les spécialistes, il existe différents types de thérapie que l'on peut classer en deux grandes catégories : la psychanalyse et la psychologie cognitive comportementale. Ce sont des méthodes thérapeutiques qui permettent de travailler sur vos représentations psychologiques à la racine de votre peur.

Les méthodes alternatives

D'autres méthodes ont aussi prouvé leur efficacité dans le traitement de la bélénophobie. L'hypnose est l'une d'entre elles. En effet, une séance d'hypnose peut être recommandée dans le traitement de la bélénophobie. Le but de cette méthode est de travailler sur le psychisme pour mieux maîtriser les images mentales de votre peur.

La méditation - comme le yoga - est aussi une solution pour travailler sur son état mental et s'émanciper de ses craintes. En se focalisant sur son corps et sur sa respiration, la méditation permet à la personne qui l'exerce d'effacer ses appréhensions au profit d'un état de calme afin de retrouver une forme de paix intérieure. Il est nécessaire d'apprendre les techniques de relaxation pour obtenir des résultats intéressants.

Enfin, dans les méthodes nouvelles, la technologie apporte aussi son grain de sel. En effet, la réalité virtuelle a montré qu'elle pouvait être utile dans le traitement des phobies. En utilisant un casque de réalité virtuelle, les patients peuvent se confronter virtuellement à leur phobie et travailler sur celle-ci, petit à petit, jusqu'à l'accepter.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.