Aphtes : quels aliments éviter ?

Chargement en cours
Les aphtes ont beau être douloureux, ils sont totalement bénins.
Les aphtes ont beau être douloureux, ils sont totalement bénins.
1/2
© Adobe Stock, Pixel-Shot

Provoqués par des facteurs aussi lambdas que le stress ou la fatigue, les aphtes touchent un grand nombre de gens. Bien qu'ils ne soient pas contagieux, leur présence temporaire est particulièrement gênante au quotidien. Pour que vos repas soient agréables lors de ces parenthèses embêtantes, on vous indique quels aliments éviter à l'apparition d'aphtes.

Pourquoi se développent les aphtes ?

Bien qu'ils soient douloureux, les aphtes sont des ulcères buccaux tout à fait bénins. Qu'ils soient placés à l'intérieur de votre bouche, de votre lèvre ou sur votre langue, ils ne sont en aucun cas transmissibles et se résorbent entre 10 et 15 jours. Seulement, leur apparition est générée par des maux qui concernent tout le monde : les règles chez les femmes, la fatigue, le stress ou même la prise de certains traitements. Ainsi, tout individu est sujet aux aphtes au moins une fois dans sa vie, tant les causes le provoquant sont expérimentées par tous. Pour ne pas empirer cette situation désagréable, prenez garde à ce que vous mettez dans vos assiettes.

Aliments acides, fruits à coque : les principaux aliments à éviter

Pour chaque personne souffrant d'aphtes passagers, les sensibilités ne sont pas les mêmes. Toutefois, pour tout le monde, il est vivement recommandé d'éviter les noix en particulier ainsi que tous les fruits à la coque, réputés pour provoquer des poussées d'aphtes. De même, les fromages à pâtes dures, à l'image du gruyère, contiennent des ferments favorisant leur apparition.

Puis, même si les immunités varient, il est tout de même conseillé d'éviter les aliments acides dans leur globalité. Ainsi, il est bon, en cas d'aptes, de faire une croix sur les agrumes, les tomates, l'ananas, le kiwi, le citron... S'ajoutent à cette liste le vinaigre ou encore les cornichons. Soyez également prudents avec les boissons que vous consommez : l'alcool est à proscrire, tout comme les jus de fruits qui créent des reflux gastriques favorisant les aphtes ; mais aussi le café, souvent consommé chaud et entraînant des lésions supplémentaires.

Pour finir, ayez généralement la main plus légère avec les épices qui ne sont pas, elles non plus, les grandes alliées des aphtes. De plus, évitez les fruits avec leur peau : prenez le soin de les éplucher avant de les manger.

Attention aux cas particuliers

Tous les profils ne sont pas les mêmes, ni les types d'aphtes. C'est pourquoi, par exemple, le chocolat doit être supprimé en cas de stomatite aphteuse (aphtes répétitifs). Dans la même lignée, un régime sans gluten est à prescrire aux personnes intolérantes. Car, à cause de l'inflammation provoquée par la consommation des aliments en question, des aptes apparaissent - potentiellement de manière chronique -, provoqués par les intestins. Les personnes concernées sont donc encouragées à éviter le gluten et à consulter un spécialiste.

Faites également attention à certains agents de conservation qui se trouvent dans des plats ou des produits de grandes surfaces, tels que l'acide benzoïque (présent dans des confitures) et le cinnamaldéhyde (présent dans des dentifrices) : ils ne font pas forcément bon ménage avec les aphtes.

Quels aliments privilégier ?

Rassurez-vous, bien que les désagréments passagers des aphtes vous empêchent de consommer une certaine palette d'aliments, plusieurs, eux, sont recommandés dans ce cas de figure. Grâce à ses ferments lactiques favorisant la cicatrisation, le yaourt sera votre ami. Si vous regrettez les nombreux fruits à éviter en cas d'aphtes, n'hésitez pas à vous rabattre sur la compote. N'oubliez pas non plus les aliments très iodés dont le poisson, qui permettent par le biais du zinc d'aider à la cicatrisation en réduisant l'inflammation.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.