Alopécie : quelles sont les causes de la chute de cheveux ?

Chargement en cours
La perte de cheveux s'explique pour diverses raisons.
La perte de cheveux s'explique pour diverses raisons.
1/2
© Adobe Stock, nuzza11

L'alopécie est le terme médical pour désigner la perte de cheveux. L'alopécie androgénétique, qu'on appelle aussi calvitie, est fréquente chez les hommes. Elle peut aussi toucher les femmes, mais elle est plus rare. Plusieurs facteurs peuvent provoquer l'alopécie. On fait le point sur les différentes causes de la chute de cheveux.

Le cycle de vie d'un cheveu se découpe en trois phases :

• La phase anagène, la plus longue, qui est la période de croissance du cheveu. Elle s'étend sur 3 à 5 ans.

• La phase catagène, qui s'étend sur 3 à 4 semaines, est marquée par l'arrêt de la production de la fibre capillaire. Durant cette période, la croissance du cheveu est ralentie.

• La phase télogène, qui s'étend sur 3 à 4 mois, correspond à la chute du cheveu. Le cheveu se détache du follicule pileux, poussé par un nouveau bulbe pileux qui se développe.

On estime que la chute de cheveux caractéristique de la phase télogène est normale quand elle concerne 10 à 15 % de la totalité de la masse capillaire. En cas d'alopécie, la phase anagène est beaucoup plus courte, la croissance des cheveux est moins longue favorisant leur chute fréquente.

Un excès d'hormones mâles

L'excès d'hormones mâles comme la testostérone est la principale cause d'alopécie. C'est ce qu'on appelle l'alopécie androgénétique. Elle touche plus les hommes que les femmes. La perte de cheveux est provoquée par la production importante de testostérone. Cette hormone, produite chez l'homme en grande quantité et chez la femme en moindre quantité, modifie le cycle normal des cheveux en favorisant leur poussée excessive et en raccourcissant leur phase de croissance. Sur-stimulé, le cuir chevelu se fatigue, les cheveux deviennent plus fins jusqu'à se raréfier sur certaines parties du crâne, pour ne plus pousser. Les premières zones à se dégarnir chez l'homme sont le sommet du crâne, les tempes et les cheveux qui se trouvent au niveau du front. Chez la femme, l'alopécie androgénétique survient plus tardivement et elle est plus homogène.

L'alopécie androgénétique est souvent héréditaire. Si un de vos parents ou les deux sont concernés, vous avez plus de risques d'être touché à votre tour.

Le stress

Le stress est un facteur aggravant de l'alopécie androgénétique. En période de stress, l'hypophyse, une glande qui se trouve dans le cerveau, ordonne aux glandes surrénales de produire plus d'hormones androgènes. Ce pic d'hormones mâles amplifie le processus de perte de cheveux de façon significative chez les hommes et les femmes ayant déjà des prédispositions génétiques à l'alopécie, c'est-à-dire ceux chez qui le cuir chevelu est sensible aux variations d'androgènes.

La pelade

La pelade est une maladie qui se caractérise par la perte de cheveux et de poils par plaques, surtout sur le cuir chevelu. Dans la plupart des cas, la pilosité revient plusieurs mois après la chute, voire plusieurs années. Elle peut aussi se répéter. Les causes de la pelade ne sont pas encore bien identifiées mais cette chute de poils et cheveux par plaques pourrait être liée à l'hérédité, à la présence d'une maladie auto-immune, à une infection virale ou encore au stress.

Des carences alimentaires

La perte de cheveux peut être associée à des carences alimentaires. En effet, la bonne santé des cheveux passe aussi par une alimentation saine et équilibrée. Certains acides aminés issus de la digestion des nutriments contribuent à la croissance du cheveu. Des apports insuffisants en protéines, en vitamines du groupe B (notamment la vitamine B 12) et en oligo-éléments (notamment le fer) peuvent fragiliser la pousse et la croissance des cheveux. L'alimentation suffit généralement à apporter les apports nécessaires mais chez certaines personnes des cures de compléments alimentaires sont recommandées.

L'alopécie post-partum

Temporaire, l'alopécie post-partum survient quelques semaines après l'accouchement. La perte de cheveux apparaît presque du jour au lendemain et devient de plus en plus importante au fil des jours mais s'atténue au bout d'un mois environ. Les cheveux tombent par poignées et le sommet du crâne est particulièrement touché (même si l'ensemble de la chevelure est concerné). Cette forme d'alopécie est provoquée par la chute brutale des oestrogènes après l'accouchement, des hormones produites en quantité importante durant la grossesse et qui rallongent le cycle de vie du cheveu. À cela s'ajoutent la fatigue et le stress liés à la maternité, deux facteurs qui fragilisent les cheveux.

Des traitements médicamenteux

Les médicaments sont parfois responsables de la perte de cheveux chez certaines personnes. La chimiothérapie est le traitement médicamenteux auquel on pense immédiatement mais il en existe d'autres comme les traitements hormonaux, les anti-inflammatoires non-stéroïdiens, les antidépresseurs, les antiépileptiques, les médicaments hypocholestérolémiants ou encore certains antibiotiques et antifongiques. Si vous remarquez une perte de cheveux anormale pendant ou après la prise d'un médicament, parlez-en à votre médecin.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.