Accidents domestiques : les bons réflexes en cas d'urgence

Chargement en cours
Dans les cas les plus graves, les accidents domestiques nécessitent l'intervention des secours.
Dans les cas les plus graves, les accidents domestiques nécessitent l'intervention des secours.
1/2
© Adobe Stock, Antonioguillem

Les accidents domestiques constituent la majorité des accidents de la vie courante. Ils surviennent à la maison ou dans ses abords immédiats : jardin, garage, cour... Chaque année, les accidents domestiques tuent 20 000 personnes en France. Voici les bons gestes à adopter si vous êtes confronté à un accident domestique, que vous en soyez la victime ou le témoin.

Comment réagir face à une chute ?

La chute est l'accident domestique le plus courant. Chez les enfants, les chutes de la table à langer, de la chaise haute, d'une fenêtre ou du canapé sont fréquentes. Les personnes âgées sont également plus sujettes aux chutes. Dans les cas les moins graves, une chute peut provoquer des contusions et des hématomes superficiels. Si une fracture est suspectée (la victime a très mal et ne peut pas bouger la zone potentiellement fracturée), il faut contacter les secours le plus vite possible. Si la personne a chuté sur la tête, le premier réflexe est d'appliquer du froid pour calmer la douleur et diminuer le gonflement de la bosse. En présence d'autres symptômes inquiétants tels qu'une perte de connaissance (même brève), des vomissements, des maux de tête intenses, une confusion ou des convulsions, appelez le centre 15 ou le 112 (numéro d'appels d'urgence valide dans l'Union européenne).

Comment réagir en cas de brûlure ?

Casserole d'eau bouillante qui se renverse, fer à repasser chaud, four... Les causes de brûlures cutanées à la maison sont nombreuses. En cas de brûlure de la peau, la première chose à faire est d'éloigner la victime de la source de chaleur. Face à une brûlure légère (1er degré), passez la zone sous l'eau froide pendant 15 minutes pour calmer la douleur, séchez délicatement la peau puis appliquez une crème efficace pour les brûlures. Si la victime a été brûlée au 2ème degré superficiel, procédez de la même façon puis consultez un médecin dans les 24 heures au cas où la personne brûlée ait besoin d'une prise en charge spécifique. Appelez le Samu dans les cas suivants : brûlure profonde (3ème degré), brûlure chez un nourrisson ou un enfant de moins de 5 ans, brûlure qui touche plus de 5% de la surface corporelle chez un enfant et plus de 10% chez un adulte, brûlure au niveau du visage, des mains, du cou et du périnée.

Que faire en cas de coupure ?

Les coupures cutanées sont la plupart du temps bénignes. Une coupure légère doit d'abord être nettoyée avec de l'eau et du savon ou un antiseptique. Ensuite, séchez son pourtour. S'il y a des corps étrangers ou des poussières (bouts de verre, graviers...), ils doivent impérativement être retirés. Pour arrêter le saignement, comprimez la coupure avec une compresse stérile sèche. Pour favoriser la cicatrisation, les bords de la coupure peuvent être rapprochés puis fixés à l'aide de bandes adhésives disponibles en pharmacie. Enfin, la coupure doit être recouverte d'un pansement (à renouveler tous les jours). Si la douleur augmente et que la coupure ne semble pas cicatriser (gonflement, rougeur, pus), consultez un médecin. Plusieurs cas de figure nécessitent une consultation chez un médecin dans un délai de 6 heures maximum : si la victime ressent des engourdissements ou une perte de sensibilité, si la blessure est située au niveau du visage, du cou ou près d'une articulation. Appelez le 15 en présence d'une coupure profonde, d'un saignement incessant et en cas d'apparition d'autres symptômes (vomissements, perte de connaissance, somnolence, pouls rapide, pâleur...). En attendant les secours, une pression doit impérativement être exercée sur la blessure pour arrêter le saignement.

Que faire en cas d'électrisation ?

Le passage d'un courant électrique dans le corps peut provoquer des blessures plus ou moins graves. L'électrisation peut provoquer des lésions cutanées mais aussi internes (cardiaques, pulmonaires, musculaires et neurologiques). Des lésions profondes doivent être suspectées en présence des symptômes suivants : difficultés à respirer, maux de tête, engourdissements, perte de connaissance, troubles de la vigilance, battements de coeur irréguliers, voire arrêt cardiaque. Si la victime présente un ou plusieurs de ces symptômes, appelez immédiatement les secours.

Enfin, si vous devez venir en aide à une personne électrisée, ne la touchez pas à mains nues car elle pourrait être encore en contact avec la source d'électricité et vous électriser à son tour. Coupez immédiatement l'électricité. Si vous ne pouvez pas le faire vous-même, éloignez la victime de la source électrique en utilisant un objet (en carton, en plastique ou en bois) non conducteur d'électricité et en vous isolant du sol (en montant sur un objet en bois ou en carton).

Comment réagir face à une intoxication par voie orale ?

L'ingestion de certaines substances peut provoquer une intoxication. Il peut s'agir de produits ménagers, de médicaments, de produits cosmétiques, d'aliments avariés... Les réflexes à adopter en cas d'intoxication par voie orale vont dépendre de l'état de conscience de la victime. Si la personne a perdu connaissance, placez-la en position latérale de sécurité afin d'éviter qu'elle ne s'étouffe si elle vomit. Puis appelez le centre 15 ou le 112. Si la personne est consciente, appelez le centre antipoison qui vous indiquera la marche à suivre en fonction du produit ingéré.

Que faire en cas de suffocation ?

Chez l'adulte, l'étouffement est le plus souvent lié à une fausse route (quand un aliment passe dans les voies respiratoires). Chez l'enfant, l'étouffement survient généralement après l'ingestion d'un objet.Si vous voyez un adulte s'étouffer, la priorité est d'essayer de faire sortir le corps étranger pour libérer les voies respiratoires. Donnez un maximum de 5 claques dans le dos entre les omoplates. Après chaque claque, vérifiez si la victime va mieux. Si les claques n'ont pas fonctionné, effectuez un maximum de 5 compressions abdominales (placez les mains au-dessus du nombril puis tirez d'un coup sec vers vous en remontant légèrement les mains). Si vous ne voyez aucune amélioration chez la victime, alternez 5 claques dans le dos puis 5 compressions abdominales.Si la personne perd connaissance, allongez-là, prévenez les secours et commencez une réanimation cardio-pulmonaire jusqu'à ce qu'ils arrivent (ou que la victime reprenne une respiration normale).

Sources : ameli.fr / croix-rouge.fr

Vos réactions doivent respecter nos CGU.