5 idées reçues sur le sommeil

Chargement en cours
Dormir huit heures par nuit n'est pas indispensable pour tous.
Dormir huit heures par nuit n'est pas indispensable pour tous.
1/2
© Adobe Stock, Wayhome Studio

En plus d'être une nécessité absolue, dormir est un plaisir prisé de tous. En effet, quand l'intensité de la vie active est difficile à gérer, les parenthèses de repos au creux du lit sont on ne peut plus sacralisées. Et pour qu'elles soient véritablement qualitatives et revigorantes, il est important de ne pas tomber dans certains pièges. Ainsi, voici 5 idées reçues sur le sommeil (prenez notes !)

Les ondes nuiraient au sommeil

Au cours des dernières décennies, le smartphone s'est imposé tel un fidèle compagnon pour le plus grand nombre. Rapidement, cette popularité a mis en lumière les dangers engendrés par l'émission d'ondes. Confectionnés pour des nuits reposantes, des patchs à coller sur le dos des appareils ont alors été commercialisés en masse sur le marché. Seulement, les spécialistes avancent que les ondes ne sont pas des perturbateurs de sommeil. Si le smartphone pose problème pendant la nuit, c'est avant tout en raison du risque de déclenchement d'alarmes (sonnerie, bip ou réveil) en plus de la lumière bleue qu'il émet ponctuellement. On dit donc adieu au patch et on envisage d'éteindre son téléphone ?

L'anxiété serait à l'origine des insomnies

Cette affirmation n'est pas tout à fait fausse, mais doit être corrigée. L'anxiété est bel et bien un facteur majeur d'insomnie, mais les motifs sont en réalité très variés. Il peut être question de troubles respiratoires, de la consommation d'excitants (café, thé...) ou de tabac, voire d'un rythme de vie trop irrégulier.

Les ronfleurs auraient un sommeil plus profond

Puisque les ronfleurs ne s'entendent - tout naturellement - pas ronfler, il est facile de penser que leur sommeil est si qualitatif qu'ils parviennent à passer outre. Malheureusement, beaucoup de ronfleurs souffrent généralement d'apnée ou d'autres troubles respiratoires qui endommagent leur sommeil. En cas de ronflements, il est ainsi recommandé d'être diagnostiqué.

Dormir huit heures serait essentiel

Dormir huit heures au minimum chaque nuit est vivement conseillé, mais il est bon d'ajouter de la nuance à cette directive. Car, le besoin en sommeil est avant tout régi par les gènes de chacun. Certaines personnes ont seulement besoin de 7 heures de sommeil par nuit, tandis que d'autres seront en forme uniquement après 9 heures. Toutefois, les 6 heures de sommeil sont associées à un seuil capital. En effet, rares sont les personnes possédant le variant génétique qui permet de fonctionner correctement en dessous de cette limite. Dans un cas comme dans l'autre, les besoins varient donc.

Une soirée alcoolisée introduit à un sommeil solide

Lorsque la fête a été animée et bien arrosée, il est commun d'envisager que le sommeil en sera plus solide. Tout faux ! Oui, l'alcool favorise l'endormissement tel un sédatif, mais la qualité du sommeil par la suite en est fortement altérée. De multiples réveils sont susceptibles de subvenir pendant la nuit et la quantité de sommeil réparateur est amoindrie. Alors on dort bien ou on boit ?

Vos réactions doivent respecter nos CGU.