5 choses à savoir sur la sécheresse vaginale

Chargement en cours
La sécheresse vaginale touche principalement les femmes ménauposées, mais les femmes enceintes ou les jeunes mamans peuvent en être victimes.
La sécheresse vaginale touche principalement les femmes ménauposées, mais les femmes enceintes ou les jeunes mamans peuvent en être victimes.
1/2
© Adobe Stock, Ann Patchanan

Il y a des sujets jugés tabous comme la sécheresse vaginale... Pourtant, 25% de femmes sont concernées par cette problématique. Si elle touche principalement les femmes ménopausées, elle peut aussi toucher les jeunes femmes ou les femmes enceintes. Voici cinq choses à savoir pour l'éviter ou bien la soigner.

Pourquoi le vagin est-il sec ?

La sécheresse vaginale est le plus souvent liée à un manque d'oestrogènes, qui ont un rôle majeur dans la lubrification du vagin. Cette hormone baissant en prenant de l'âge et lors de l'approche de la ménopause, ce sont souvent les femmes de plus de 50 ans qui sont concernées,. Malheureusement, les jeunes mamans et les femmes enceintes peuvent aussi en souffrir. Bon à savoir : la sécheresse vaginale ne s'explique pas seulement suite à une diminution d'oestrogènes, elle peut être aussi favorisée par une hygiène inadaptée ou mauvaise, notamment causée par l'utilisation de produits agressifs. Le stress, une grande fatigue, des vêtements trop serrés ou une infection peuvent aussi être des facteurs. C'est pourquoi toutes les femmes peuvent subir une sécheresse vaginale à n'importe quel âge.

Quels sont les symptômes de la sécheresse vaginale ?

Comme dit précédemment, la sécheresse vaginale est liée à un manque d'hydratation du vagin. Les symptômes les plus courants sont : des rougeurs au niveau des organes génitaux externes, des démangeaisons, des irritations ou une inflammation locale. Voilà autant de signes à ne pas négliger et qui devraient vous pousser à prendre rendez-vous avec votre gynécologue pour savoir si vous subissez bien une sécheresse vaginale. Pour cela, il procédera à un examen complet avec un prélèvement vaginal, et pourra dans certains cas vous prescrire un bilan sanguin avec des dosages hormonaux afin de déterminer son origine.

La sécheresse peut avoir d'autres conséquences gynécologiques

La sécheresse vaginale peut avoir des répercussions sur d'autres tracas gynécologiques. En effet, elle peut entraîner une irritation du vagin et donc fragiliser la muqueuse vaginale et vulvaire. De ce fait, les femmes qui souffrent de sécheresse vaginale seraient plus exposées à la propagation des infections comme une infection urinaire ou des mycoses. L'erreur trop souvent commise lors de ces infections et à ne surtout pas faire est de laver son vagin. La douche vaginale peut perturber encore plus votre flore et créer un déséquilibre en l'asséchant de manière importante. en cas de doutes, demandez conseil à votre gynécologue. En effet, le vagin a cette particularité de s'auto-nettoyer. Il contient une flore microbienne qui détruit les mauvais germes. Autant de raisons pour lesquelles il est essentiel de chouchouter sa flore, en lavant que les grandes et petites lèvres, sans aller au-delà de la vulve, avec un savon doux doté d'un pH compris entre 4 et 8 proche du pH du vagin.

La sécheresse vaginale peut perturber la vie sexuelle

Le vagin se lubrifie grâce aux sécrétions naturelles qui varient en fonction du cycle hormonal, mais aussi de manière ponctuelle pendant l'excitation sexuelle. Plus votre vagin est lubrifié, plus la pénétration sera facilitée et sans douleurs. Pour les femmes souffrant de sécheresse vaginale, les rapports peuvent ainsi devenir douloureux. Dans ces cas, n'hésitez pas à utiliser des lubrifiants avant et pendant vos rapports afin de diminuer ou faire disparaître la douleur.

Comment soigner la sécheresse vaginale ?

Si vous subissez une sécheresse vaginale à la ménopause, un traitement hormonal substitutif peut vous être prescrit afin de réguler vos troubles hormonaux. Des ovules sont aussi conseillées. Composées d'acide hyaluronique, elles aident à réhydrater le vagin et améliorent sa cicatrisation. Pour celles qui ont une légère sécheresse vaginale survenant à un tout autre âge, sachez qu'il reste possible de se tourner vers des méthodes plus naturelles comme l'huile de bourrage, l'huile d'onagre, l'aloe vera ou encore l'huile de coco, qui possède de son côté des vertus anti-bactériennes, antifongiques et hydratantes. Demandez avant tout conseil à un médecin ou gynécologue.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.