5 avancées médicales majeures des années 2010

Chargement en cours
La médecine a fait des progrès dans de nombreux domaines.
La médecine a fait des progrès dans de nombreux domaines.
1/2
© Adobe Stock, Gorodenkoff

Les années 2010 ont vu naître de nombreuses avancées médicales. Retour sur les plus marquantes de cette dernière décennie.

La PrEP, un moyen de prévention efficace contre le virus du Sida

Disponible en France depuis 2016, la PrEP (prophylaxie préexposition) est un traitement préventif contre le virus du Sida. Délivré uniquement sur prescription médicale, ce médicament commercialisé sous la marque Truvada associe deux antirétroviraux. Il est destiné aux personnes non porteuses du VIH qui ne se protègent pas lors des rapports sexuels. La PrEP peut se prendre en continu, à raison d'un comprimé par jour, ou bien de façon ponctuelle, dans les heures qui précèdent et suivent un rapport sexuel à risque. Son efficacité a été prouvée. Si ce traitement est pris correctement, le risque de contamination par une personne séropositive non traitée est très faible. Le Truvada est remboursé à 100% par la Sécurité sociale.

L'implantation d'un organe respiratoire artificiel

En 2018, des médecins français réalisent la greffe d'un organe respiratoire artificiel sur 12 patients souffrant de lésions ou de cancers des voies respiratoires. Il s'agit d'une première mondiale que l'on doit à l'équipe du Pr Emmanuel Martinod. Ces 12 patients ont donc bénéficié pour certains d'une trachée, d'autres de bronches artificielles créées à partir de tissus d'aorte abdominale prélevés sur des patients décédés. Cette prouesse chirurgicale est le fruit de 10 ans de recherche dans le laboratoire de recherches bio-chirurgicales de la Fondation Alain Carpentier à l'Université Paris-Descartes.

La première greffe totale de visage

En juin 2010, le Pr Laurent Lantieri du CHU Henri-Mondor à Créteil réalise la première greffe totale de visage. Le chirurgien et son équipe sont parvenus à transplanter le visage d'un donneur sur Jérôme, un jeune homme de 35 ans atteint d'une maladie dégénérative génétique qui lui déformait complètement le visage. Le Pr Lantieri a d'abord prélevé la face d'une personne récemment décédée, l'opération a duré 7 heures. Dans un second temps, le chirurgien à transplanté ce visage à Jérôme en veillant à reconnecter les veines et les muscles du visage du donneur aux siens. Cette deuxième opération a duré 12 heures. Cette année-là, la France entrait pour la deuxième fois dans l'histoire de la chirurgie après la greffe partielle de visage sur Isabelle Dionoire en 2005 (elle avait été mordue par son chien).

Les autotests de dépistage du VIH

Cette dernière décennie a été marquée par une autre avancée médicale dans la lutte contre le VIH : les autotests de dépistage. Disponibles depuis septembre 2015 dans toutes les pharmacies, ces tests dépistent une infection à VIH après un comportement à risque ou une exposition accidentelle (rupture du préservatif, contact avec du sang contaminé) datant de plus de 3 mois. L'autotest se fait à partir d'une goutte de sang prélevée grâce à un autopiqueur. Il doit ensuite être placé dans un liquide de dépistage. Le résultat est disponible au bout de 15 minutes, contre plusieurs jours pour un dépistage en laboratoire. Un résultat positif par autotest doit toutefois être confirmé par un test en laboratoire.

Les traitements par inhibiteurs de checkpoint pour soigner le cancer

Il s'agit d'une avancée majeure dans la lutte contre le cancer puisque ses inventeurs ont reçu le Prix Nobel de médecine 2018. Les chercheurs James P.Allison et Tasuku Honjo ont élaboré des médicaments, appelés inhibiteurs de checkpoint, permettant au système immunitaire d'attaquer et de tuer les cellules cancéreuses de manière efficace en freinant l'activité de deux protéines qui favorisent le développement des tumeurs : CTLA-4 et PD-1. Ces traitements aident en fait le système immunitaire à contrôler les tumeurs cancéreuses. Contrairement à la chimiothérapie, ils n'entraînent pas d'effets secondaires. En 2010, une étude a prouvé l'efficacité des inhibiteurs de checkpoint sur des personnes atteintes de mélanomes métastatiques (des cancers de la peau graves) : certains patients avaient pu être complètement guéris grâce à ce traitement.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.