Vampires psychiques : comment se protéger face à ces voleurs d'énergie ?

Chargement en cours
Les vampires psychiques ont tendance à pomper l'énergie de leurs proches.
Les vampires psychiques ont tendance à pomper l'énergie de leurs proches.
1/2
© Adobe Stock, Kateryna

Amis, collègues ou même parfaits inconnus... Les vampires psychiques sont partout sans que l'on sache forcément les reconnaître. Pourtant, face à ce genre de personnes, il convient d'être particulièrement vigilant. Voici quelques explications pour apprendre à les identifier et à s'en protéger.

Vampire psychique : qu'est-ce que c'est ?

Le terme de vampire psychique, ou de vampire affectif, renvoie à un concept théorisé par le psychiatre Stéphane Clerget. Il désigne des sujets qui souffrent d'un manque d'autonomie sur le plan émotionnel. Pour pallier cela, ces personnes ont tendance à former une forte dépendance envers autrui en se nourrissant de leur présence, de leur énergie ou encore de leurs émotions.

Des personnalités toxiques

S'ils sont particulièrement autocentrés, les vampires psychiques ne sont pas pour autant des pervers narcissiques. En effet, ils ne cherchent généralement ni à manipuler ni à nuire consciemment. Toutefois, ce genre de personnalité reste toxique car la relation entre le vampire et sa "victime" souffre d'un manque de réciprocité. Le vampire affectif prend sans donner en retour, ce qui rend la dynamique épuisante et frustrante pour la personne qui la subit. Une situation qui peut aller jusqu'à déclencher chez la victime certains symptômes psychosomatiques tels que des maux de ventre, des réactions cutanées et une sensation d'intense fatigue.

Différentes approches pour s'en protéger

Le vampire affectif peut se cacher derrière de nombreux visages familiers, ce qui en fait un être difficile à identifier.. En effet, il peut s'agir aussi bien d'un adulte que d'un enfant, d'un collègue, d'un membre de la famille ou encore de parfaits inconnus. En fonction du lien que la victime entretient avec le vampire, la manière de se protéger va différer.

S'il s'agit d'un enfant, les choses ont toutes les chances de s'arranger via le dialogue et en l'aidant à développer son autonomie émotionnelle ainsi que son empathie. C'est à l'âge adulte que les choses se complexifient puisque les vampires psychiques ne sont pas dotés d'une grande capacité d'introspection et de remise en question. Ainsi, s'il s'agit d'une personne avec qui vous n'avez pas de lien affectif particulier, la meilleure solution reste encore d'éviter les interactions et de mettre cette personne à distance. Si toutefois il s'agit d'un membre de votre famille, d'un conjoint ou un ami particulièrement proche, la posture à adopter peut être plus délicate d'autant plus que - et même si ce n'est pas toujours le cas -, les vampires sont souvent en situation de détresse (deuil, maladie...).

Savoir poser des limites

Même si ce n'est pas la chose la plus évidente à faire, il est également important de parvenir à se poser des limites et surtout de travailler sur sa culpabilité. En effet, le but n'est pas d'abandonner le vampire à sa détresse mais d'arriver à lui dire non, de lui accorder moins d'attention et surtout de prendre du temps pour soi, afin de se préserver. La meilleure solution peut être à ce moment là de trouver d'autres personnes susceptibles d'aider le vampire (amis, famille, conjoint...), cela afin de répartir la charge émotionnelle.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.