Qu'est-ce que l'empathie affective et cognitive ?

Chargement en cours
L'empathie est une qualité humaine d'une puissance remarquable.
L'empathie est une qualité humaine d'une puissance remarquable.
1/2
© Adobe Stock, Antonioguillem

Dans la société actuelle, l'empathie est une qualité qui se perd de plus en plus. L'argent prime sur l'humanité, le profit prime sur le bonheur et le bien-être des gens... Pourtant, l'empathie est une qualité humaine d'une puissance remarquable et qui pourrait régler de nombreux conflits aussi bien dans l'intimité des familles que sur la scène politique internationale.

Se mettre à la place de son interlocuteur, ressentir ses émotions ou comprendre ses intentions sont autant de capacités qui sont directement liées à l'empathie elle-même. Néanmoins, cette dernière regroupe trois notions différentes qu'il est important de bien assimiler : l'empathie affective, l'empathie cognitive et enfin l'empathie compassionnelle.

L'empathie cognitive, c'est quoi au juste ?

Souvent associée à l'empathie émotionnelle, l'empathie cognitive désigne la capacité à comprendre les ressentis, les pensées et même les intentions de son interlocuteur, et ce rien qu'en le regardant et en analysant sa manière d'être sur un instant précis. De ce fait, cette notion emphatique est bien plus théorique et se rapproche plus d'une vision de l'esprit que d'un état physique à proprement parler. Chez l'humain, l'empathie cognitive se manifeste très tôt, chez le bébé, qui parvient rapidement à imiter et percevoir les intentions des membres de son entourage.

L'empathie affective ou émotionnelle, késako ?

Sensiblement similaire à l'empathie cognitive, l'empathie affective désigne la capacité à comprendre non pas les pensées mais les émotions d'autrui... Elle implique donc que l'une des deux personnes ressente de manière physique les émotions de l'autre. Il s'agit en général d'une réaction automatique et non volontaire, une réaction épidermique. Cela peut être de la souffrance, de la joie, de la tristesse ou encore de la nostalgie. Aussi, l'empathie affective peut se manifester à n'importe quel moment. Par exemple, lorsque l'on regarde un film où le héros se blesse ou perd un être cher et que l'on verse une petite larme. Une fois encore, l'empathie affective se manifeste très tôt chez l'être humain. Dès la naissance même, lorsque les pleurs de détresse ou de stress d'un nourrisson déclenchent les pleurs des autres bébés présents dans la pièce. À noter que les psychopathes souffrent justement d'un gros manque d'empathie affective et sont absolument incapables de ressentir certaines émotions d'autrui comme la peur ou la tristesse...

Enfin, en général, l'empathie affective conduit l'individu à accompagner son interlocuteur dans sa détresse tout en essayant de l'aider, notamment avec des paroles encourageantes ou des gestes affectueux. Il s'agit alors d'empathie dite "compassionnelle".

Ne pas confondre avec sympathie et compassion

Si les frontières peuvent paraître minces, il existe cependant des différences entre empathie, sympathie et compassion. Dans le cadre de l'empathie, la compréhension et le partage des émotions constituent la base, quitte à ne plus faire de distinction entre notre émotion et celle d'autrui. C'est d'ailleurs dans ce dernier aspect que la sympathie trouve sa légère nuance. En effet, la sympathie induit, certes, une compréhension des émotions, mais elle implique également une distance émotionnelle qui permet de ne pas se perdre dans la tristesse ou la détresse de son interlocuteur. On y est sensible, mais sans plus. Enfin, la compassion se différencie majoritairement de l'empathie par la capacité à réagir pour aider autrui. On ne se contente pas de ressentir sans rien faire, on cherche des solutions pour aider son interlocuteur ou le soulager. Une notion qui s'apparente finalement à l'empathie compassionnelle.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.