Paternatalophobie : la peur du Père Noël, ça existe !

Chargement en cours
Le Père Noël peut apparaître comme un inconnu non rassurant.
Le Père Noël peut apparaître comme un inconnu non rassurant.
1/2
© Adobe Stock, insta_photos

Au même titre que les clowns, le Père Noël peut déclencher une peur irrationnelle et incontrôlable chez les enfants comme chez les adultes. Un phénomène qui a un nom, la paternatalophobie, et qui peut grandement gâcher la période de fin d'année. Zoom sur ce trouble méconnu.

Une phobie à ne pas prendre à la légère

Des phobies, il en existe de toutes sortes. Si certaines sont très courantes, comme la peur des araignées (arachnophobie), des espaces clos (claustrophobie) ou des lieux publics (agoraphobie), d'autres apparaissent comme étant plus insolites. Pourtant, ces dernières déclenchent elles aussi des symptômes difficiles à traverser pour les personnes qui en sont victimes : bouffées de chaleur, frissons, tremblements, sueur, malaise, impression de ne plus pouvoir respirer, douleurs abdominales ou nausées... C'est le cas de la paternatalophobie, soit la peur du Père Noël.

Le Père Noël, cet inconnu

Il peut paraître étonnant d'avoir une peur incontrôlée pour un bonhomme aussi sympathique que le Père Noël, censé apporter du bonheur en période de fêtes. Pourtant, pour un enfant au départ, ce personnage n'est qu'un inconnu qui souhaite l'approcher. Imposant, vêtu bizarrement et doté d'une voix grave, il évoque plus le danger qu'une personne rassurante vers laquelle on a envie d'aller. De plus, les lunettes, la barbe et la moustache empêchent d'identifier clairement le visage et l'expression du Père Noël. L'enfant ne sait pas à qui il a affaire et la peur l'emporte. Globalement, les tout petits éprouvent une appréhension face aux personnes déguisées, à l'instar des clowns, jusque vers 4 ou 5 ans.

Autre point pouvant déclencher cette phobie : la rencontre avec le Père Noël ne se fait pas dans une paisible maison au sein d'un paysage enneigé. Elle a souvent lieu dans un centre commercial, sur un marché ou encore dans une maison où toute la famille est présente, pressée de faire une photo. La situation est inhabituelle, l'entourage change d'attitude et apparaît surexcité. Voilà qui peut être perturbant !

Comment vaincre la paternatalophobie ?

Rares sont les adultes à être victimes de phobie du Père Noël. Pour les personnes concernées, le traumatisme est, la plupart du temps, né durant l'enfance. Et la phobie se manifeste souvent par une peur générale des personnes déguisées, le Père Noël étant mis dans le même panier que les clowns.

L'enfance étant dans la majorité des cas le berceau des phobies, il est très important de veiller à ce qu'un petit ne développe pas cette peur irraisonnée du Père Noël. Les adultes ne doivent pas forcer un enfant à s'asseoir sur les genoux de ce dernier s'il n'en a pas envie, ni le gronder en cas de refus. À l'inverse, le rassurer à outrance pourrait renforcer sa peur.

L'idéal consiste à familiariser peu à peu l'enfant avec la figure du Père Noël, et à faire en sorte qu'il le voit comme un personnage rassurant. Cela passe par des histoires, des coloriages... Lentement et en douceur, l'enfant se mettra à apprécier cet inconnu qui n'en sera plus un. Et il sera ravi de le croiser, chez lui ou dans les rues, en période de Noël.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.