Mimétisme : pourquoi cherche-t-on à imiter les autres ?

Chargement en cours
Chez les jeunes enfants, le mimétisme leur permet d'apprendre les différents codes sociaux.
Chez les jeunes enfants, le mimétisme leur permet d'apprendre les différents codes sociaux.
1/2
© Adobe Stock, eloi

Copier la coiffure ou la tenue d'une collègue, adopter un accent ou réutiliser une expression employée par une personne de votre entourage, cela vous est forcément déjà arrivé. Consciemment ou non, tous les êtres humains font ainsi régulièrement preuve de mimétisme. Mais pourquoi au juste, cherche-t-on ainsi à imiter les autres ? Voici quelques explications.

Un facteur de développement

Chez l'être humain, la mise en place du mimétisme prend place dès la toute petite enfance, sa première fonction étant de contribuer au développement du nourrisson. En effet, dès les premiers mois de sa vie, le tout petit va reproduire les attitudes exprimées par son entourage. Ainsi, c'est d'abord par imitation que l'enfant va par exemple petit à petit identifier puis s'approprier le langage, la marche puis les codes sociaux et comportementaux qui régissent les interactions en société.

Les neurones miroirs à l'origine du mimétisme

Mais d'où vient exactement le mimétisme ? Au départ, ce processus est généré par ce que l'on appelle les neurones "miroirs". Ce sont eux qui permettent à un individu de reproduire un comportement après l'avoir observé chez autrui. Pour donner un exemple précis, ce sont ces neurones qui sont à l'oeuvre dans le mécanisme du bâillement. D'un autre côté, ils sont également à l'origine d'une autre fonction capitale du mimétisme : celle de développer l'empathie d'un individu envers un autre en lui donnant l'impression de pouvoir ressentir ce qu'il ressent.

Un facteur d'insertion

Une fois adulte, la plupart des gens agissent par mimétisme pour mieux s'intégrer socialement au sein d'un groupe ou d'un milieu. Cela peut s'exprimer par l'expression de certaines valeurs ou d'une idéologie particulière, la reprise d'un code vestimentaire, de postures mais aussi par l'adoption de tics de langage. Dans le cadre d'une interaction, faire consciemment ou non du mimétisme permet donc à une personne de mettre à l'aise son interlocuteur. Plus encore, celui-ci va ainsi reconnaître chez l'autre des attitudes ou des codes similaires aux siens, ce qui va le mettre en confiance et lui permettre de s'identifier. Or, c'est pour ces mêmes raisons que le mimétisme peut également être employé de manière malveillante, à des fins de manipulation.

Des risques de dérives ?

Dans les règnes animal et végétal, le mimétisme est un mécanisme qui peut prendre diverses formes et être utilisé, par exemple, soit pour attirer une proie ou bien, au contraire, à des fins de survie. En effet, certaines espèces en font usage pour se protéger de leurs prédateurs, à l'image des caméléons qui se fondent dans leur environnement ou d'animaux qui copient le comportement ou l'aspect d'une autre espèce pour se rendre plus menaçant.

Or, dans le cadre du travail ou d'une relation toxique, il peut arriver que l'humain utilise lui aussi le mimétisme par instinct de survie ou, du moins, par peur de l'exclusion, cela quitte à faire des choses qui peuvent pourtant être contre ses valeurs. Quelle que soit la situation, poussé à l'extrême, un individu qui agit purement par mimétisme peut à terme éprouver des difficultés à s'incarner voir même éprouver une certaine forme de crise existentielle ; d'où l'importance de conserver, quoi qu'il en soit, une part d'esprit critique.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.