Météo : quel rôle sur le moral ?

Chargement en cours
Si le soleil donne le sourire, il est également un facteur d'agréssivité.
Si le soleil donne le sourire, il est également un facteur d'agréssivité.
1/2
© Adobe Stock, New Africa

Moral maussade l'hiver et regain d'énergie l'été. Et si la couleur du ciel prenait la température de notre moral ? On vous explique comment la météo peut-elle influencer sur notre humeur du jour.

La météo a, en quelques années, pris une très grande place. Du journal papier à la version web, en passant par la télévision, elle est devenue un sujet central dans notre quotidien. Si certains n'y font pas vraiment attention, d'autres ont un besoin crucial de connaître quel temps il fera demain. En effet, beaucoup se fient au temps qu'il va faire et peuvent se sentir déprimés à la vue de la pluie ou bien joyeux à l'annonce d'un grand soleil. Si vous faites partie de cette catégorie, alors vous êtes un météo sensible.

Qu'est-ce qu'un météo sensible ?

Si l'on en croit Louis Bodin et l'intitulé de son ouvrage sorti en 2019 : "Nous sommes tous des météo sensibles", ce terme désigne une personne qui peut souffrir de troubles dépressifs liés au manque de lumière et à la baisse des températures. Les psychologues, quant à eux, emploient le terme de "désordre affectif saisonnier". Ce désordre se manifeste par de la fatigue, un manque d'intérêt pour les activités du quotidien, une baisse de la concentration, un retrait social, des besoins compulsifs de manger du sucre...

Comment le temps joue-t-il sur nos humeurs ?

Lorsque les températures chutent et que le ciel devient gris, il est parfois compliqué de se motiver pour sortir de son lit et faire des activités. On aurait tendance à vouloir rester sous la couette et regarder des films toute la journée. Mais quand le soleil pointe le bout de son nez, la vie prend un nouveau tournant. On est plus entrain à vouloir voir du monde et se retrouver en terrasse. Ce type de comportement porte le nom de TAS, autrement-dit : Trouble Affectif Saisonnier. Les femmes en sont les premières affectées et connaissent une baisse d'énergie au moment de l'entrée en hiver. 8 à 12% font une dépression saisonnière et 5% sont obligées d'arrêter de travailler pour suivre un traitement médical. Souvent, ce qui occasionne cette baisse de moral est dû au manque de lumière en hiver.

Et si c'était une question de température ?

Les températures idéales pour profiter de l'extérieur se situeraient entre 15 °C et 20 °C. En 2015, Withings et AccuWeather ont révélé après enquête, que si le mercure s'éloigne de cette variante, le nombre de pas quotidien diminuait et ce, qu'elles baissent où qu'elles augmentent. En effet, les fortes chaleurs ne sont pas vraiment appréciées. Le niveau d'activité est plus élevé lorsque le thermomètre atteint 0 C° que lorsqu'il dépasse 30 °C. Mais celle qui a le plus d'impact sur la vie active, c'est la pluie ! Une météo qui engendre une chute de 758 pas par jour.

La chaleur a-t-elle un impact sur l'agressivité ?

Si on pense que le soleil, c'est la vie douce et paisible... il peut influer sur notre comportement et pas de la meilleure façon. D'après une enquête menée par l'université de Montréal en 2000, les homicides auraient lieu en majorité au moment le plus chaud de la journée, en août comme en janvier. Manifestations, grèves, soulèvements populaires, s'organisent principalement au moment de la belle saison, qui est plus agréable pour occuper l'espace public. De plus, il faut savoir que la température du corps et celle de la pression artérielle sont réglées sur celle de l'environnement extérieur. Ainsi, lors de fortes chaleurs ou de temps orageux, la pression atmosphérique peut varier, entraînant un dérèglement dans l'organisme et poussant ainsi à l'agressivité.

Pour éviter toute déprime et déviance, il est donc conseillé de vivre au rythme de la nature : ralentir son rythme de vie en hiver et l'accélérer en été. Mais surtout, il est important de maintenir sa température corporelle.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.