Le bien-être équivaut-il au bonheur ?

Chargement en cours
Le bien-être inclut le corps et l'esprit.
Le bien-être inclut le corps et l'esprit.
1/2
© Adobe Stock, mavoimages

Ah le bien-être... Une notion pas toujours évidente à définir. Si vous vous interrogez à son sujet, voici quelques éléments de réponse.

Le bien-être est généralement associé à un alignement entre le corps et l'esprit. Plus concrètement, six célèbres dimensions du bien-être ont été listées par le chercheur américain Martin Seligman, fondateur de la psychologie positive, dans son ouvrage "S'épanouir" sorti en 2013 :



Les émotions (emotions)
L'engagement (engagement)
Les relations humaines (relationships)
L'accomplissement (accomplishment)
Le sens à la vie (purpose)
La santé (health)

Ce spectre serait à la base du fameux épanouissement connu sous le terme "bien-être". Toutefois, les spécialistes en psychologie comme ceux en sciences peinent à arrêter une définition précise de cette notion. Dans le dictionnaire Larousse, il est question d'un "état agréable résultant de la satisfaction des besoins du corps et du calme de l'esprit" ; tandis que le bonheur est, lui, présenté comme un "état de complète satisfaction". Dans les deux cas, il s'agit donc d'un état de plénitude. Ainsi, quelles sont les divergences concrètes entre ces deux concepts ?

Le bonheur diverge-t-il du bien-être ?

Sur papier, le bonheur et le bien-être semblent être deux notions on ne peut plus similaires. Seulement, le principal point de divergence réside dans la durabilité. Vulgairement, le bien-être toucherait à la manière dont on se sent dans ses baskets. Oui, le bien-être renvoie à cet équilibre recherché par beaucoup, offrant bel et bien une symbiose entre le corps et l'esprit. Le bonheur quant à lui se distingue généralement par sa pérennité : de toute évidence, nous construisons l'ensemble de notre vie en aspirant à être heureux en tout point, que ce soit professionnellement, dans la vie privée ou au niveau de la santé.

Des différences physiques ?

Côté bien-être, c'est l'entité spirituelle de l'esprit qui est impliquée (en plus de la santé). Pour le bonheur, trois substances se révélant physiques sont aussi mises en lumière : la sérotonine, la dopamine et l'endorphine. Lorsque nous manquons de ces précieux éléments, le moral est au plus haut. D'ailleurs, en état de dépression : c'est la chute libre ! Ainsi, le bonheur franchirait la barrière de l'esprit pour concrètement atteindre une plénitude lisible via des éléments physiques.

Les deux entités sont-elles réellement indépendantes ?

In fine, la frontière entre le bien-être et le bonheur demeure floue. Pourquoi ? Tout simplement parce que le bien-être semble rendre le bonheur possible. Ne pas être en phase avec soi-même est fortement susceptible de former une barrière face au bonheur. Les six dimensions du bien-être se présentent alors comme la bonne voie à suivre vers le bonheur. En suivant la méthode de M. Seligman, on prend notamment le soin de choyer ses relations sociales, s'accomplir et prêter attention à ses émotions ?

Vos réactions doivent respecter nos CGU.