Emojis dans les messages : quels sont les impacts sur notre perception ?

Chargement en cours
Les emojis sont généralement utilisés pour enrichir le capital sympathie d'un message.
Les emojis sont généralement utilisés pour enrichir le capital sympathie d'un message.
1/2
© Adobe Stock, santypan

Aujourd'hui, il est devenu monnaie courante de glisser des emojis dans les échanges en ligne. Souriantes, tristes, fatiguées... Ces petites têtes jaunes ont l'avantage de transmettre une pluralité d'émotions sans faire appel aux mots. Malheureusement, elles finissent par peser lourdement sur notre perception des messages.

Un outil pour soigner son message

Pourquoi avez-vous plus d'aisance à glisser un emoji dans un message envoyé à un proche qu'à votre patron ? Tout simplement parce que l'emoji est surtout exploité pour son capital sympathie, en plus de créer ou maintenir un lien de proximité entre l'émetteur et le récepteur. Oui, l'emoji change très concrètement la réception du message que ce soit grâce à sa présence ou son absence. Pour cette raison, des échanges dénués d'emojis renvoient souvent à des conversations cordiales ou potentiellement tendues. Cela dit, l'emoji n'est pas toujours porteur de positivité, au contraire.

Figurez-vous qu'un même émoji est susceptible d'être reçu de manière très différente. Tout d'abord parce que selon les logiciels proposés - par Google ou Apple notamment - et selon les applications - Whats App ou Twitter entre autres - l'esthétique de chaque emoji n'est pas exactement la même. De surcroît, en 2016, les chercheurs de GroupLens ont dévoilé une étude prouvant les surprenantes divergences de réception. Sur une échelle de d'appréciation allant de -5 à +5, les personnes interrogées ont attribué à un même émoji souriant des notes comprises entre -1 et +4. Bien sûr, ces observations illustrent les quelques dangers liés à l'emploi des emojis.

Quels dangers psychologiques ?

En plus des risques touchant à une interprétation erronée des emojis, ces derniers atteignent aussi les personnes sur le plan psychologique. Trois chercheuses en psychologie de la Edge Hill University et de l'Australian Catholic University ont, en 2016, dévoilé l'étude intitulée "Une exploration des facteurs psychologiques sur l'usage des émoticônes et les implications sur la précision du jugement". Dans le texte, elles démontrent que les personnes qui se soucient de leur image ont tendance à faire appel aux emojis pour exhiber leur sympathie : "Il semble que les personnes qui se voient comme étant agréables sont stimulées dans ces environnements virtuels et essayent de transmettre cette partie de leur personnalité via les émoticônes."

D'autre part, les personnes ne cherchant pas à soigner leur image avec minutie ont plus de facilité à piocher dans les emojis tristes et non joyeux. "Un visage triste dans un message peut indiquer que vous êtes plus soucieux de l'expression de vos sentiments que de la façon dont les gens vous jugent", indiquent les chercheuses. Entre acceptation de sa vulnérabilité et travail de son image, le choix des emojis reflète donc la personnalité de leurs émetteurs. Le danger ? Des échanges finalement déformés.

Un intérêt professionnel croissant

Si l'emoji est davantage utilisé au coeur d'échanges privés, il intervient de plus en plus dans le milieu professionnel. Là encore, il est intéressant de prêter attention à sa réception dans ce cadre spécifique. D'un point de vue stratégique, il permet d'humaniser les échanges entre les deux parties et de créer un lien de proximité à partir duquel des profits pourront mutuellement être tirés. Pour ce qui est du revers de la médaille, soulignons que le risque de paraître trop familier plane. Dans tous les cas de figure, la perception des emojis se révèle donc on ne peut plus versatile.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.