Changement d'heure : quel impact sur le moral ?

Chargement en cours
Passer de l'heure d'été à l'heure d'hiver et inversement perturbe considérablement l'horloge biologique.
Passer de l'heure d'été à l'heure d'hiver et inversement perturbe considérablement l'horloge biologique.
1/2
© Adobe Stock, dianagrytsku

Depuis 1976, la France ne passe pas à côté de son petit rituel. Au printemps, on avance notre horloge pour l'heure d'été, et en automne, on la recule pour l'heure d'hiver. Et si les Français y sont depuis habitués, ce changement d'heure n'est pas sans impact pour le moral !

La mise en place du changement d'heure effectué en France en 1976 puis adopté dans les années 1980 par l'ensemble des pays de l'Union européenne est une histoire de coût de pétrole ! Tout démarre en 1973 avec le premier choc pétrolier et les prix qui s'enflamment. C'est donc au détriment de la santé des citoyens que le gouvernement a décidé d'établir un changement saisonnier de l'heure pour alléger la facture énergétique, en travaillant le plus longtemps avec la lumière du soleil. Au fil des années et face à un rythme de vie de plus en plus éreintant, ce changement d'heure peut avoir des conséquences sur le moral.

Une horloge biologique perturbée pour un moral au plus bas

La perturbation de l'horloge biologique est l'une des principales conséquences du changement d'heure sur le corps. Située au niveau du cerveau, elle se synchronise sur une journée de 24h définie par alternance du jour et de la nuit. Autrement dit, l'horloge biologique permet d'avoir des repères temporaires : se lever à une heure précise, avoir faim à telle heure, être fatigué à tel moment. Chamboulée par un décalage horaire et une luminosité qui n'est plus la même, cela peut occasionner un mauvais fonctionnement de l'organisme et un bouleversement de l'humeur.

Un rythme du sommeil affecté et un moral dans les chaussettes

Qui dit changement d'heure dit sommeil perturbé ! Si en hiver on gagne une heure de sommeil, en été on en perd une. Un phénomène qui peut entraîner des troubles de l'endormissement, de l'appétit, une baisse d'attention dans la capacité de travail et avoir des conséquences néfastes sur le moral. Le manque de sommeil de manière générale peut même, dans certains cas, être à l'origine d'une dépression. Certains scientifiques ont confirmé que le passage à l'heure d'été ou d'hiver serait plus néfaste que les décalages horaires lors des voyages. En effet, lors d'un décalage horaire, on adapte ses activités et son mode de vie pour être en cohérence avec le nouvel horaire. Or, quand on change d'heure, on a tendance à garder le même rythme de vie, que l'on perde ou gagne une heure. D'où le fait que le moral ne suive pas avec des journées qui se trouvent bien trop chargées.

L'heure d'hiver pour un moral toujours au top

Bonne ou mauvaise nouvelle ? L'heure idéale pour garder le sourire serait celle d'hiver. S'il est agréable d'avoir de longues soirées ensoleillées l'été, il se trouve, qu'il y ait deux heures de décalage par rapport au soleil. Or, pour que notre organisme et donc notre moral soit au beau fixe, il faudrait que le rythme biologique suive l'heure solaire et l'heure d'hiver serait la plus appropriée. Lorsque l'on passe à l'heure d'hiver, il n'y a pas de réduction du temps de sommeil. Résultat : rien signaler côté moral. A contrario, l'heure d'été fait perdre une heure de temps de repos. Si cela peut paraître minime, sur la durée une véritable baisse d'énergie pourrait se faire ressentir. Et si l'heure d'hiver coïncide avec une diminution d'ensoleillement, la façon de vivre est bien plus reposante avec des activités qui sont régulées en fonction de la lumière.

Il faut savoir que cette fin du changement d'heure est en pourparlers depuis 2018 au sein de l'Union Européenne. Et si à l'époque 84% des votants s'étaient prononcés pour l'arrêt du passage à l'heure d'hiver au profit de l'heure d'été, les discussions semblent pour le moment gelées. Le moral risque encore d'être impacté pendant quelques années.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.