Amnésie infantile : quand nos souvenirs d'enfance disparaissent sans crier gare

Chargement en cours
A quand remonte votre premier souvenir d'enfance ?
A quand remonte votre premier souvenir d'enfance ?
1/2
© Adobe Stock, BCFC

Il est presque impossible pour la plupart des adultes de se rappeler les premières années de leur vie. Les premiers souvenirs clairs remontent généralement à l'âge de 4 ou 5 ans. Ce mécanisme s'appelle l'amnésie infantile, et suscite encore bien des interrogations.

Vous êtes-vous déjà demandé de quand date votre premier souvenir ? Il est fort probable qu'il se déroule à partir de vos 4 ou 5 ans. Avant cela, les souvenirs sont plus des sensations, des bribes d'images, des sons, des odeurs. Mais pas de souvenirs complets à proprement parler. Et c'est tout à fait normal. Pendant son développement, le cerveau procède à une sorte de mise à jour de la mémoire entre 4 et 5 ans.

Qu'est-ce que l'amnésie infantile ?

L'amnésie infantile désigne l'absence totale avant deux ans puis la rareté jusqu'à six ans des souvenirs relatifs aux premières années de la vie. Aux alentours de 7 ans, les mémoires de prime-enfance commencent à s'effacer. Les souvenirs touchés par l'amnésie infantile sont principalement les souvenirs autobiographiques, c'est-à-dire les souvenirs qu'un enfant a de lui.

Cette sorte de mise à jour du cerveau laisse la place pour le développement de la mémoire autobiographique. Celle-ci gère tous les souvenirs d'événements dans lesquels un enfant se sent impliqué, qui l'ont touché. Les souvenirs qui concernent des apprentissages, comme la sémantique (au sens des choses) et les habiletés motrices sont quant à eux conservés puisqu'ils sont essentiels au développement de l'enfant.

L'amnésie infantile prépare le terrain à la mémoire autobiographique, qui est liée aux compétences sociales et donc essentielle au développement cérébral. Cette mémoire spécifique vous permet de vous identifier, et d'évoluer en société. Elle gère la conscience de "soi".

Pourquoi l'amnésie infantile survient-elle ?

La mémoire autobiographique est plus complexe et plus fiable. Pour stocker ce genre de souvenirs, le cerveau a besoin d'une mémoire pleinement fonctionnelle et d'une maturité neurologique... que le cerveau n'acquiert qu'aux alentours des 4 ou 5 ans. En d'autres termes, avant cet âge, le cerveau n'est pas terminé, il a donc des capacités limitées pendant les premières années de vie.

Il faut aussi préciser que la parole, et dans ce cas précis la non-parole, tient un rôle important dans l'acquisition des souvenirs. Un enfant qui ne parle pas a du mal à mettre des mots sur les images et les sensations. C'est pour ça que les souvenirs sont d'autant plus fragiles.

Avec l'âge, les souvenirs d'un enfant se forment plus vite, plus durablement et en plus grande quantité. Il s'en rappelle également bien plus facilement. Avant cela, la mémoire est instable : impossible pour un enfant de se rappeler la source d'une information, la nature d'un souvenir (rêve ou réalité par exemple). À noter que certains traumatismes peuvent aussi affecter la mémoire des plus jeunes. Certains souvenirs violents peuvent être inconsciemment oubliés par le cerveau et rejaillir bien des années plus tard.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.