Signaux de la faim : comment les interpréter pour manger au bon moment ?

Chargement en cours
La faim est trop souvent confondue avec l'appétit.
La faim est trop souvent confondue avec l'appétit.
1/2
© Adobe Stock, Andrey Popov

Entre l'envie et le besoin, la ligne est mince. D'ailleurs, la confusion entre ces deux entités nous incite fréquemment à consommer au-delà de notre faim. Dans le sens inverse, ne pas atteindre la satiété est mauvais pour notre apport énergique. Afin de lire l'ensemble de ces signaux correctement, on vous dit tout.

L'appétit et la faim : les faux jumeaux

Bien qu'ils soient similaires, les sentiments d'appétit et celui de faim sont très différents. Malgré leur ressemblance, il existe des signaux pour les distinguer. Pour commencer, l'appétit correspond en fait à l'envie de manger née d'un besoin psychologique et non physique. Aussi appelée gourmandise, cette envie découle souvent d'une confrontation avec l'odeur ou la vision de bonnes choses. Une balade dans une rue remplie de restaurants, le déjeuner de son voisin voire la vision d'un dessert sur un feed Instagram, peuvent aisément être à l'origine de ce besoin factice.

À l'inverse, la faim, elle, est bien physique. Certes, elle peut aussi se manifester en présence de nourriture, mais elle va bien plus loin. En effet, la faim s'exprime avant tout à travers des signaux physiques. Ils peuvent prendre des formes diverses, mais toutes concrètes : la fatigue, les gargouillements du ventre, l'irritabilité, le creux dans l'estomac, la salivation... Ces indices permettent de vous faire savoir que votre corps a besoin d'apports énergétiques. La pub d'un bon hamburger à la télévision, elle, donne - à juste titre - simplement envie.

Pourquoi faut-il être particulièrement attentif à sa satiété ?

Une fois que vous vous êtes assuré que vous avez bel et bien faim, il vous faudra être attentif à votre satiété au cours du repas. Votre corps a beau réclamer d'être nourri, il doit l'être à un certain niveau. Une échelle de la faim permet de jauger ceci, allant de "mourir de faim" à "manger à s'en rendre malade". Bien entendu, entre ces deux extrêmes, il existe des options mesurées dont l'état idéal de "satisfaction". Celui-ci est atteint avec la satiété avant de tomber dans le trop plein, qui, lui, bascule au-delà de vos véritables besoins.

Deux erreurs sont fréquemment commises dans ce domaine. La première est de se priver, dans le cadre d'un régime par exemple, en ne mangeant pas suffisamment pour atteindre cette satiété. La seconde, opposée, tend à s'imposer de terminer son assiette. Dans un cas comme dans l'autre, ces comportements sont à éviter. Si vous souhaitez reconnaître l'état de satisfaction, sans plus ni moins, soyez attentif pendant vos repas. Vous l'avez sans doute déjà remarqué, mais les aliments ont particulièrement bon goût lorsque vous les dégustez avec la faim au ventre. Au fur et à mesure, ils deviennent progressivement moins savoureux, signalant la satiété. Parmi les autres signaux, prêtez attention à la vitesse avec laquelle vous mangez, plus lente lorsque ce niveau est franchi. De même, votre ventre sera juste assez plein, et non pas mis à mal.

Quelques conseils pour écouter ses besoins

Afin de gérer votre faim, votre appétit et votre satiété plus facilement, voici quelques conseils simples à adopter au quotidien. Tout d'abord, avant d'entamer un repas ou une collation, demandez-vous : "est-ce que j'ai vraiment faim ?". En prenant du recul, vous comprendrez peut-être que le beignet que vous avez aperçu dans la vitrine d'une boulangerie ou le personnage de votre série qui mange des chips, sont en fait à l'origine de cette faim factice. Bien sûr, il n'y a aucun mal à se faire plaisir ; mais il peut être nocif d'être régi par ces envies passagères et non nécessaires. Faites également attention aux repas consommés devant les écrans. Sans en avoir conscience, vous allez manger de manière automatique au rythme de votre émission préférée par exemple, ne prêtant pas attention aux signaux de satiété.

Dans la même lignée, mangez sans précipitation, justement pour laisser libre champ aux indices envoyés par votre corps. Au fil du temps, en prenant conscience de vos véritables besoins, adaptez les quantités de vos plats pour ne pas disposer de proportions trop généreuses. Cela vous évitera le mauvais réflexe de vous forcer à terminer votre assiette. Pour finir, la soif peut parfois être confondue avec la faim. Ainsi, il est généralement conseillé de boire suffisamment d'eau dans la journée, et ce, spécifiquement avant le repas.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.