Retour à la vie culturelle : pourquoi ça rebooste le moral

Chargement en cours
Cette acculturation induite a modifié les conditions de vie, fermé les portes des loisirs et services à proximité.
Cette acculturation induite a modifié les conditions de vie, fermé les portes des loisirs et services à proximité.
1/2
© Adobe Stock, EUGENI_FOTO

Une situation inédite frappe l'entièreté du globe depuis mars 2020. Quelles sont les effets de la pandémie sur la santé mentale et quelle est l'importance de la réouverture des lieux culturels pour garder le moral ?

Masqués et armés de gel hydroalcoolique, les humains affrontent la pandémie due au coronavirus, une bataille de longue haleine qui maintient encore le personnel hospitalier et les épidémiologistes au front. L'effet est celui d'un coup de massue porté à la santé, à l'économie et au moral de chacun. Peu évoqué, ce dernier point est pourtant l'une des grandes conséquences de cette crise qui est aussi psychologique. L'augmentation du taux d'anxiété et des troubles (sommeil, alimentaire, ...), des épisodes de dépression et de burn out, des explosions de violence (cadre familial ou extérieur), du décrochage scolaire ou encore des addictions (jeux vidéo, alcool, ...) sont observés à l'échelle mondiale.

Ces détériorations sont toutes la traduction de la diminution des capacités de régulation émotionnelle. En somme, les affectations psychologiques du Covid-19 qui fragilisent les populations. L'absence d'accès à la culture a joué un rôle dans ces répercussions. Plus de sorties pour découvrir, apprendre, s'émouvoir, se divertir, se changer les idées ! Avec la réouverture progressive de ces lieux, la musique, le cinéma, les spectacles vivants, l'art plastique ou encore le patrimoine se déconfinent. Une bouffée d'air qui change toute la donne !

L'importance psychologique de la culture

Le confinement demande un ajustement à un tout nouveau mode de vie. Cette acculturation induite a modifié les conditions de vie, fermé les portes des loisirs et services à proximité. Les possibilités de retourner dans les salles obscures, au musée ou encore au théâtre cassent la monotonie instaurée par les restrictions depuis plus d'un an. En plus de pouvoir sociabiliser dans le respect des règles sanitaires, les spectateurs et visiteurs trouvent dans ces lieux le moyen de se détourner temporairement des problèmes sociétaux, de s'en libérer partiellement. L'esprit y est accaparé par autre chose que les soucis de la vie : il réfléchit, il s'éduque ! Pour le corps, ces activités sont synonymes de détente mais aussi de forme. Aller dans une galerie d'art ou prendre un cours de danse sont toutes d'excellentes raisons de sortir de chez soi. Ces distractions ont l'avantage d'apporter une certaine vitalité et d'aider à faire disparaître le blues.

Pendant les périodes de réclusion, un même constat transparaissait aux quatre coins de la planète via de nombreuses études. Le manque de culture était déploré. Maintenant qu'elle revit, elle engrange des chiffres records. Les expositions majeures de France constatent une hausse astronomique de 1619% des ventes de billets, comme le révèle Le Parisien, lundi 31 mai 2021. Le journal annonce également une augmentation de 483% pour les parcs d'attractions, événements sportifs et grandes tournées comme "Gladiator Live" et "Disney en concert". Côté concerts, les achats de billets grimpent à +170%. Malgré une jauge réduite à 35% de leur capacité d'accueil et un couvre-feu qui limite les séances, les cinémas français dénombrent 2,1 millions d'entrées rien que pour leur première semaine d'exploitation, du mercredi 19 au mercredi 26. Des résultats impressionnants qui expriment un besoin certain !

Vos réactions doivent respecter nos CGU.