Quelle est la durée parfaite d'une sieste ?

Chargement en cours
Prendre le temps de se reposer au cours de la journée offre de nombreux bienfaits au corps.
Prendre le temps de se reposer au cours de la journée offre de nombreux bienfaits au corps.
1/2
© Adobe Stock, DavidPrado

Si à travers l'Hexagone, la sieste est souvent synonyme de paresse, il n'en est rien. Prendre le temps de se reposer au cours de la journée offre de nombreux bienfaits au corps, toutefois il ne faut pas en abuser, faire une sieste ne signifie pas dormir une seconde nuit.

Nul besoin de s'assoupir de nombreuses heures pour reprendre du poil de la bête. Il suffit parfois de quelques minutes de sommeil pour récupérer une nuit perdue. Se reposer un petit temps en milieu de journée a de nombreux bienfaits pour la santé, "mais aussi pour l'efficacité et les performances professionnelles", précise Passeport Santé.

Les bienfaits de la sieste

Si sieste rime pour beaucoup avec enfants, ce n'est pas le cas. La sieste est bénéfique pour les petits comme pour les grands. Il n'est en effet pas rare qu'après le déjeuner les paupières s'alourdissent. Le docteur Éric Mullens, du laboratoire du sommeil à Albi dans le Tarn explique à Futura Sciences que "la sieste est un moment de repos physiologique pour notre organisme. Chez les personnes qui manquent de sommeil, elle est indispensable pour rester en forme et efficace jusqu'au soir". Dans le guide "Bien dormir, mieux vivre" de L'INPES (Institut national de prévention et d'éducation pour la santé), il est précisé que : "En France, la sieste est presque taboue alors qu'au Japon, certaines entreprises la rendent obligatoire. Après le déjeuner, une sieste de 20 minutes permettrait de réduire les risques d'accident de la circulation ou du travail, améliorerait la mémoire, libérerait la créativité, dissoudrait le stress, rééquilibrerait le fonctionnement du système nerveux et serait bonne pour la digestion et le coeur."

Une sieste de courte durée

La durée idéale d'une sieste voguerait entre une quinzaine et une trentaine de minutes. Le Figaro précise qu'il existe deux types de sieste. Une première de courte durée, "la sieste dite parking", relaxante. "Il s'agit d'un épisode de sommeil lent léger qui entraîne dans le cerveau la production d'ondes relaxantes bienfaisantes et qui permet de récupérer sans sombrer dans le sommeil profond. Le coeur ralentit, la respiration également, et au réveil, les capacités de vigilance et de concentration sont restaurées, tout comme l'humeur et les performances cérébrales", détaille Le Figaro. Pour ce faire, comme son nom l'indique, il n'est pas utile de s'assoupir dans un lit moelleux. Un fauteuil, un canapé, un siège de voiture feront l'affaire. Nul besoin de se glisser dans les bras de Morphée.

Une sieste de longue durée

Dans un second temps, Le Figaro aborde le sujet de la "longue sieste", fortement déconseillée aux insomniaques : "C'est un véritable temps de sommeil, d'une durée d'une heure et demie (soit un cycle de sommeil complet), ou de deux heures et demie à trois heures (deux cycles), qui vise à compenser une dette de sommeil." Ce cycle permet d'obtenir toutes les phases du sommeil de nuit, "sommeil lent léger, sommeil profond puis très profond (avec relâchement musculaire et récupération physique) et sommeil paradoxal (celui des rêves, qui permet une récupération mentale et psychique), avec des bénéfices tant physiologiques que cérébraux". Dans ce cas, il est recommandé de mettre son pyjama et de s'installer confortablement dans un lit.

Le docteur Bertrand de la Giclais, responsable du centre du sommeil d'Annecy-Argonay et attaché de recherche au centre du sommeil de l'Hôtel-Dieu à Paris, précise au journal les raisons qui empêchent les insomniaques de pratiquer ce genre de sieste : "Si elle permet par exemple de récupérer d'une nuit blanche ou excessivement courte, elle est en revanche strictement contre-indiquée aux insomniaques. En effet, ceux-ci étant de petits dormeurs, les heures passées à dormir dans la journée ne sont plus 'récupératrices', mais empiètent sur la nuit suivante, qui risque d'être encore plus difficile et perturbée."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.