Qu'est-ce que le breathwork, cette respiration qui libère les émotions ?

Chargement en cours
À mi-chemin entre méditation, respiration et introspection, le breathwork est apparu aux États-Unis au début des années 1970.
À mi-chemin entre méditation, respiration et introspection, le breathwork est apparu aux États-Unis au début des années 1970.
1/2
© Adobe Stock, Eric Hood

À peine arrivé des États-Unis, le breathwork fait déjà un véritable carton en France. Relativement proche de la méditation, il s'agit d'une technique de respiration créée pour libérer au maximum ses émotions et lâcher prise. Une discipline de pleine conscience idéale et particulièrement plébiscitée en ces temps troublés par la crise sanitaire.

Pour beaucoup, la zen attitude passe avant tout par le contrôle des émotions. Grâce au breathwork, c'est désormais chose possible. Il vous suffit d'apprendre à respirer "par hyperventilation" pour accéder à vos émotions les plus enfouies et pour libérer votre énergie. Explications.

Breathwork, kézako ?

À mi-chemin entre méditation, respiration et introspection, le breathwork est apparu aux États-Unis au début des années 1970. À l'origine, il a été pensé pour pallier à l'interdiction d'usage du LSD et notamment en médecine. En effet, à cette époque, cette substance était utilisée à petite dose par certains médecins pour aider les patients atteint des troubles psychologiques à atteindre un état de conscience modifiée. Inspiré par le pranayama (une méthode de respiration indienne ancestrale), le breathwork revisite les principes de la respiration "holotropique". Autrement dit, il permet de contrôler ses émotions grâce à une méthode d'hyperventilation s'étalant sur une séance de trente minutes. Les participants doivent donc respirer vite et fort par la bouche pour finir par lâcher totalement prise et libérer le corps et l'esprit des toxines engrangées durant les jours ou les mois précédents. Allongé sur le dos, une main sur le ventre et l'autre sur la poitrine, il s'agit donc de partir en quête de ses souvenirs et de se reconnecter à son être profond au rythme de la musique choisie par le professeur.

Quels sont ses bienfaits ?

Tout comme le yoga ou la méditation, le breathwork a de nombreux bienfaits, principalement sur l'esprit. Si de prime abord, cette discipline ne donne pas forcément envie, notamment en raison des effets indésirables qu'elle provoque suite au principe d'hyperventilation, les effets sur le long terme semblent être magiques. Il s'agit donc d'apprendre à contrôler son stress et ces sensations désagréables. Aujourd'hui, le breathwork est reconnu pour ses capacités à clarifier l'esprit, oxygéner le corps du système digestif jusqu'à l'épiderme, relâcher les tensions, réguler et apaiser le mental et surtout libérer les émotions. Aussi, il n'est pas rare, lorsque l'on assiste à une séance de breathwork, de voir certains pratiquants se mettre à rire, pleurer ou pousser des cris de peur, de surprise ou de joie.

Quels sont ses risques ?

Ceux qui ont déjà essayé de gonfler plusieurs ballons de baudruche à la suite le savent : inspirer et expirer très vite peut avoir des effets désagréables. Nausées, tête qui tourne, picotements dans les articulations, bouche sèche... tous ces désagréments secondaires sont également provoqués par le breathwork. Si le contrôle n'est pas total, cette pratique peut même aller jusqu'à la perte d'équilibre voire de connaissance si elle n'est pas soigneusement encadrée par un(e) professionnel(le). Néanmoins, pas de panique : si vous sentez que vous perdez le contrôle, vous pouvez à tout moment retrouver vos esprits en reprenant une respiration nasale. Cependant, notez que le breathwork est fortement déconseillé pour les femmes enceintes, les personnes souffrant de problèmes cardiaques ou atteintes de maladies mentales comme la schizophrénie. Enfin, assurez-vous de toujours pratiquer cette discipline en compagnie d'un coach averti.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.