Cures de silence : faut-il se laisser tenter ?

Chargement en cours
Les cures de silence sont essentielles pour se reconnecter à son être intérieur et retrouver la paix et la sérénité.
Les cures de silence sont essentielles pour se reconnecter à son être intérieur et retrouver la paix et la sérénité.
1/2
© iStock, SrdjanPav

Dans le bruyant tourbillon de la vie qui vous transporte chaque jour, le calme pourrait bien être la clé de la sérénité. En retraite ou à la maison, certaines s'essayent au silence pour retrouver la paix et l'équilibre intérieur.

Téléphone, circulation, musique d'ambiance ou dans les oreilles, métro, voisins, télé, lave-linge, ventilation... le bruit est partout ! À tel point que parfois vous ne le remarquez même plus. Pourtant, il est là, s'insinuant dans votre cerveau, vous empêchant de faire une pause, de vous reposer. La pollution sonore à l'instar de la pollution de l'air est néfaste pour la santé et la psyché. Pour vous reconnecter à vous, vous recentrer, il est indispensable de débrancher. Le silence, si rare, est devenu un élément précieux pour aller mieux. C'est pourquoi certaines s'imposent volontairement le silence. Une bulle de tranquillité absolue pendant quelques heures ou plusieurs jours pendant lesquelles il n'est pas possible d'échanger avec autrui ou d'écouter de la musique.

Pourquoi faire une cure de silence ?

Les cures de silence sont un moyen de sortir du rythme effréné du quotidien, de s'extraire des obligations, injonctions, attentes qui pèsent sur les épaules et empêchent d'avancer avec légèreté. Elles permettent de faire une pause pour recharger ses batteries. En se coupant du monde, en n'étant plus disponible pour les autres, on le redevient un peu plus pour soi. Les cures de silence aident à se recentrer sur son intériorité, se concentrer sur l'instant présent et revenir à l'essentiel : apprendre à s'écouter et se faire du bien. Ce genre de parenthèse, qu'elle ne dure que le temps de la méditation du matin, pendant un week-end ou plusieurs jours, est indispensable pour prendre de la distance avec le quotidien durant une période difficile... Elle aide à puiser les forces et ressources qui sommeillent en soi mais sont devenues inaccessibles camouflées par le bruit ambiant. Les cures de silence sont une sorte de detox cérébrale qui permet au cerveau d'évacuer le superflu pour mieux se ressourcer.

Faire silence à la maison

Le temps d'un week-end, faites l'expérience à la maison. Prévenez votre entourage que vous ne serez pas disponible pendant 24 ou 48 h et débranchez tout ce qui pourrait vous perturber. Plus de téléphone, d'ordinateur, de télé ou de tablette. La musique n'est pas non plus autorisée. Vous devez créer une bulle silencieuse imperturbable. Au départ le silence peut faire peur. Mais une fois apprivoisé il révélera tous ses bienfaits.

La cure de silence est généralement associée à de la méditation. À la maison, vous pouvez vous autoriser des activités calmes comme la création de mandala, de la peinture, du tricot. La lecture peut être au programme mais gardez tout de même en tête que l'idée est de favoriser une véritable introspection, préférez donc les lectures inspirantes aux polars et feel good qui vous éloigneront de vous. Pensez également à réaliser des exercices de respiration pour vous apaiser et faciliter le retour au calme.

Une cure de silence en monastère, abbayes...

En monastères, ashrams, abbayes, de nombreux centres accueillent des cures de silence. Si ces dernières n'ont rien de religieux, elles sont toutefois généralement empreintes de spiritualité. Les cures de silence en groupe peuvent se faire le temps d'un week-end, 10 jours comme les retraites vipassana voire plus longtemps. Aucun échange n'est autorisé avec les autres participants, des moments rares de paroles peuvent avoir lieu avec le personnel, lors de séances de méditation par exemple, mais le silence est de rigueur même pendant les repas. L'avantage c'est que le silence débarrasse de tout jeux de rôle, nul besoin d'être dans une posture, dans le contrôle, d'essayer de faire bonne impression.

Pour tenter ce genre d'expérience, il faut être prête à se lever aux aurores, parfois même au milieu de la nuit (4h30 du matin) et se coucher avec le soleil presque (vers 21h). Les journées sont rythmées par des séances de méditation et la prise des repas. Et la bonne nouvelle c'est que tout le monde peut s'offrir ce genre de reconnexion à soi puisque les centres fonctionnent généralement au don, ou ne demandent qu'une petite participation financière pour les repas. Le silence et ses vertus sont vraiment à la portée de toutes !

Vos réactions doivent respecter nos CGU.