Confinement : quelles astuces anti-grignotage pour éviter de prendre du poids ?

Chargement en cours
Pendant le confinement, difficile ne pas céder à l'appel de la gourmandise.
Pendant le confinement, difficile ne pas céder à l'appel de la gourmandise.
1/2
© Adobe Stock, Pixel-Shot
A lire aussi

Cette envie soudaine, tout le monde la connaît. Elle déboule dans nos esprits et dans nos ventres avant le repas de midi, en plein après-midi ou après le repas du soir. La fringale, ennemie de la nutrition équilibrée et des régimes, est d'autant plus présente en période de confinement. Comment faire pour ne pas céder à la tentation ?

Cloîtrés à leur domicile, donc à portée du réfrigérateur et des placards, les gourmands sont particulièrement en proie à des pulsions alimentaires. Après un temps d'hésitation et une volonté éphémère de résistance, ils s'empressent de les assouvir. S'il ne faut absolument pas culpabiliser de grignoter, certains ont rapidement des regrets après être rassasiés. Garder la ligne en période de confinement n'est pas chose facile, contrairement à la prise de poids. Ces dégustations hors repas peuvent dérégler l'organisme et s'inscrire dans une habitude devenue quotidienne. Il est rare que le corps mandie de la nourriture saine. On a faim de carrés de chocolat, de biscuits, de céréales mais pas de carottes râpées. Et si l'on a envie de manger, la sensation est due au phénomène de variation de la glycémie qui peut s'éviter.

Prendre trois repas par jour à heures (plutôt) fixes

Matin, midi et soir. Les trois repas journaliers conseillés ne sont pas disposés sur l'horloge par hasard. Entre le petit-déjeuner et le déjeuner, ou le déjeuner et le dîner, doit s'écouler un laps de temps idéal pour la digestion et retrouver la hâte du prochain instant nutritionnel. L'intervalle recommandée de quatre heures est largement dépassée l'après-midi. Ainsi, tout le monde est ravi de prendre sa pause "goûter", une collation généralement située vers 16 heures ou 17 heures. Cette rythmique doit être respectée au mieux et, pour ne pas être tenté de faire un écart, il faut prendre son temps.

Se poser pour manger et mâcher

Les nutritionnistes préconisent de s'installer à table pour une durée de 35 à 40 minutes à chaque repas. Les aliments sont savourés et mâchés. Outre aider à l'oxygénation de l'organisme, la mastication envoie un signal au cerveau, "je consomme", vingt minutes plus tard ce dernier libère le neurotransmetteur nommé "histamine". Le site LaNutrition explique : "C'est elle qui va transmettre le message 'arrête de manger, tu n'as plus faim'. (...) Mais ce n'est pas tout : non seulement l'histamine provoque le sentiment de satiété, mais en plus elle augmente le métabolisme des lipides. Donc en mâchant vous mangez moins et vous éliminez davantage." Un repas avalé trop vite ne donne pas cette impression de satiété.

Ingérer les bons aliments et boissons

La satisfaction vient avec l'ingurgitation d'aliments gras et sucrés. En réalité, ce besoin apparent ne ferait pas son apparition si une nutrition saine était maintenue au cours des repas. Les produits avec un indice glycémique élevés sont à privilégier comme le riz blanc à cuisson rapide, le pain blanc ou les bananes. Même si l'IG de certains aliments est faible, ils sont pleins de fibre et remplissent efficacement l'estomac : les céréales comme l'excellent coupe-faim qu'est l'avoine, les haricots verts, lentilles et autres légumes, les pommes et autres fruits, et caetera.

Dans le verre, que met-on ? De l'eau qui, en plus d'être sain pour le corps, apporte rapidement une sensation de satiété. Le site de remèdes et astuces Grands-Mères conseille d'incorporer des gouttes de citron dans sa boisson ou s'abreuver de thé vert : "Allié anti-grignotage, il aide l'organisme à brûler les mauvaises graisses. Diurétique, ce breuvage contribue à empêcher toutes envies de grignotages inutiles."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.