Balance connectée : est-ce vraiment une alliée de poids ?

Chargement en cours
Selon un sondage, 44% des Français souhaiteraient tester la balance connectée.
Selon un sondage, 44% des Français souhaiteraient tester la balance connectée.
1/2
© Adobe Stock, Prostock-studio

Montre, tensiomètre, pilulier... la santé connectée a le vent en poupe ! Et à l'approche de l'été, rien de tel qu'une balance connectée pour surveiller son poids. Mais est-elle vraiment fiable ? Réponse plus bas !

Le boom des balances connectées

Les Français seraient friands d'objets connectés ! C'est du moins ce que démontrent les résultats de cette étude réalisée par CCM Benchmark en 2016. Et pour cause, parmi les sondés, 43% souhaiteraient tester le tensiomètre intelligent et 43% se laisseraient bien tenter par la montre connectée. Mais celle qui arrive dans le peloton de tête des objets modernes, c'est bel et bien la balance connectée qui attirerait 44% de curieux. Il faut dire que depuis une poignée d'années, les offres prolifèrent sur le marché et sont alléchantes. Leurs promesses ? Analyser la masse graisseuse , la masse musculaire et la masse osseuse et d'en suivre les évolutions. Certaines vont même jusqu'à mesurer le pourcentage de masse hydraulique, de masse viscérale et le rythme cardiaque. Pour ce faire, ces partenaires santé fonctionnent avec un smartphone ou une tablette connectés via wifi à la balance afin d'expédier les données collectées vers une application.

Balances connectées : comment ça marche ?

Pour être en mesure de fournir de telles informations, ces balances connectées utilisent une technologie : l'impédancemétrie. Cette dernière envoie un flux électrique indolore et de faible intensité dans le corps par le biais d'électrodes placées sur la balance pour mesurer la résistance des tissus biologiques. En se mettant pieds nus, l'utilisateur émet un courant à travers le pied qui circule dans tout le corps pour atteindre l'autre pied. Étant donné que le courant traverse plus lentement les tissus graisseux que les muscles, la balance connectée va donc être en mesure d'établir la résistance du corps et de déduire un taux de graisse.

Peser le pour...

Si de nombreuses personnes semblent conquises par les balances connectées, c'est parce que ces objets permettent de fournir des informations qui étaient jusqu'à présent réservées aux professionnels médicaux. Ainsi, en obtenant des données approfondies sur le corps comme la masse grasse, la masse maigre ou encore la masse osseuse, les utilisateurs désacralisent la pesée qui devient un moment ludique. Ils se sentent guidés et sont alors motivés à perdre du poids et prendre soin de leur santé.

Et le contre...

Oui mais voilà, une question de poids se dessine : les données sont-elles fiables ? À ce jour, aucune étude scientifique n'a été en mesure de prouver la fiabilité des données collectées. Les raisons ? Les données fournies grâce à l'impédancemétrie peuvent être tronquées, la majorité de ces balances ne disposant que deux capteurs alors que quatre (pour chaque pied et chaque main) seraient indispensables pour connaitre le pourcentage exact de graisse. De plus, certains critères comme l'âge ou le sexe ne sont pas pris en compte, ni même des facteurs comme le niveau de stress ou de fatigue qui peuvent considérablement fausser les chiffres d'un jour à l'autre. Les résultats obtenus seraient donc à prendre avec des pincettes et à considérer comme des estimations plutôt que des chiffres précis.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.