Sexualité après 60 ans : quelles positions du Kamasutra adopter ?

Chargement en cours
La complicité sexuelle existe toujours chez les seniors.
La complicité sexuelle existe toujours chez les seniors.
1/2
© Adobe Stock, Yakobchuk Olena

Si l'âge avance et que le corps sait le faire savoir, le désir sexuel des personnes âgées ne décline pas, contrairement aux idées reçues. La vie sexuelle ne s'arrête pas à la retraite et des études montrent que la sexualité aurait des effets bénéfiques pour la santé des seniors. À condition bien sûr d'adapter ses pratiques à son âge et à ses capacités.

Exit les folies de la jeunesse, entre brouette thaïlandaise et parties de jambes en l'air aux allures de gymnastique : pour préserver les articulations, soulager les douleurs et consommer son amour, adapter sa sexualité est tout à fait possible. Mais quand on a déjà 60 ans au compteur, comment s'amuser sous la couette, sans risquer le lumbago ?

Ces troubles qui arrivent avec l'âge

Plus les années passent, plus les petits désagréments s'accumulent. Fatigue généralisée, douleurs articulaires, traitements médicaux plus ou moins contraignants... Tous ces facteurs peuvent avoir un impact sur la sexualité. Ce n'est pas tout, les femmes souffrent de la ménopause, qui amène son lot de petits inconvénients : sécheresses intimes, perte de libido... Sans parler de l'impuissance qui peut s'installer chez ces messieurs. Et si les seniors ne sont pas dépourvus de toute libido (loin de là !), la forme physique peut avoir un impact sur leurs performances si ces derniers ne changent pas de chapitre dans le Kamasutra...

Quelles positions privilégier ?

Le Kamasutra peut rapidement donner l'impression de concourir dans une compétition de gymnastique peu adaptée aux corps plus âgés. D'où l'intérêt de revenir aux basiques.

Le missionnaire, sacro-saint classique de la sexualité, reste une valeur sûre. La femme est allongée sur le dos, son partenaire se place au-dessus d'elle. La répartition des poids sur le corps se fait simplement, et le contact peau-à-peau rend le tout très intime. Le petit plus : rester sous la couette pour ne pas avoir froid aux pieds. Envie d'une variante à ce grand classique ? Pourquoi pas le prone bone ? Cette position, à mi-chemin entre le missionnaire et la levrette, se pratique de façon simple et confortable. La femme s'allonge sur le ventre, et l'homme au-dessus d'elle, allongé ou à genoux pour la pénétrer.

Pour plus de tendresse, et un coït qui ressemble à un câlin un peu coquin, laissez-vous tenter par la position de la cuillère. Ici, les deux partenaires sont couchés sur le côté, la femme tourne le dos à son partenaire. Il n'y a pas d'appui, c'est très intime et doux, et ça ne demande pas d'effort. Cette position laisse par ailleurs les mains libres pour les caresses.

Enfin, n'oubliez pas que le sexe n'est pas centré uniquement sur la pénétration. Le sexe oral ou les carresses permettent elles aussi d'atteindre l'orgasme, sans demander d'efforts qui pèsent sur les articulations ou de souplesse particulière.Conclusion : les années qui passent ne sont pas une excuse pour cesser d'explorer sa sexualité. Pourquoi ne pas essayer de faire l'amour les yeux bandés ou dans un autre endroit que le lit conjugal ? Apprendre à vivre une sexualité active sans pénétration systématique, mais en développant toute une sensualité érotique, c'est important. Quel que soit son âge.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.