Sexe virtuel : quelles sont les pratiques des Français ?

Chargement en cours
Les jeunes apprécient particulièrement le sexe virtuel.
Les jeunes apprécient particulièrement le sexe virtuel.
1/2
© iStock, bymuratdeniz
A lire aussi

Le sexe virtuel, vous connaissez ? Selon les derniers sondages, la pratique est encore peu répandue en France puisqu'elle touche seulement une personne sur cinq. Sextos, photos ou vidéos dénudées... Découvrez les habitudes de celles et ceux qui s'adonnent à cette méthode d'excitation par écrans interposés.

Il y a quelques semaines, l'affaire Benjamin Griveaux a défrayé la chronique. L'homme politique était soupçonné d'avoir échangé des vidéos érotiques avec une interlocutrice. Ces dernières n'ont pas tardé à être diffusées sur la Toile par des individus plus scrupuleux. La pratique est une forme de "revenge porn". Pour rappel, sachez que c'est puni par la loi. L'occasion pour la rédaction de faire un focus sur une nouvelle forme de sexe à laquelle les Français s'adonnent : le sexe virtuel.

Le sexe virtuel, c'est quoi ?

Peut-être avez-vous, par le passé, échangé des mots passionnés avec votre partenaire par téléphone, vous racontant ce que vous rêviez de lui faire ou ce que vous vouliez qu'il vous fasse. Désormais, le sexe téléphonique a été remplacé par le sexe virtuel, et tout se passe par message : les personnes qui le pratiquent s'échangent des sextos (textos à caractère sexuel, ndlr), ou encore des photos et des vidéos dénudées, dans le but d'exciter leur interlocuteur ou interlocutrice. Parfois même, le sexe virtuel se pratique en direct, via l'utilisation d'une webcam ou d'un appel en visio, par exemple.

Une pratique très courante chez les jeunes

Selon une enquête Ifop pour CAM4 et Hot Vidéo menée du 14 au 17 février 2020 auprès d'un échantillon de 1 002 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, 22% des Français se seraient déjà adonnés au sexe virtuel. La pratique semble davantage séduire les hommes (28%) que les femmes (17%), mais quel que soit leur genre, les sondés affirment que le sexe virtuel reste quelque chose dont ils profitent assez rarement.

L'effet générationnel est lui aussi à prendre en compte. Grands adeptes des nouvelles technologies et plus ouverts sur leur sexualité que les générations précédentes, les jeunes sont plus nombreux à avoir essayé. 44% des 18-24 ans ont ainsi déjà échangé des photos ou des messages coquins. Une belle évolution par rapport aux chiffres des années passées, puisqu'en 2014, seulement 10% des personnes de cette tranche d'âge avaient tenté l'expérience. Les seniors, eux, semblent moins emballés par la pratique, puisque l'étude affirme que seuls 5% ont testé ce genre de sexualité.

Des messages plus que des photos

À l'heure actuelle, les sondés semblent encore frileux à l'idée d'envoyer des photos ou des vidéos dénudées, et préfèrent les messages à caractère sexuel. Ainsi, 34% des Français ont déjà envoyé des sextos, contre 19% qui ont envoyé des photos dénudées - de leur sexe ou de toute autre partie de leur corps dans un contexte sexuel. Pour ce qui est des jeux en vidéo, les hommes semblent encore une fois plus friands puisque 20% d'entre eux se sont déjà exhibés devant leur webcam, contre 3% seulement chez les femmes.

Pour rappel : la pratique du sexe virtuel se fait elle aussi dans le cadre du consentement mutuel entre adultes éclairés. Il est interdit d'envoyer ou de solliciter des photos de mineurs, et d'envoyer des photos ou vidéos à caractère sexuel à des personnes sans leur accord. De même, il est interdit de diffuser les photos ou vidéos que vous pourriez recevoir sans le consentement de la personne impliquée.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.