Sexe : pourquoi certains hommes sont infatigables ?

Chargement en cours
Certains hommes parviennent à avoir un orgasme sans éjaculation.
Certains hommes parviennent à avoir un orgasme sans éjaculation.
1/2
© Adobe Stock, Africa Studio

Émilie Nougué

Multiplier les orgasmes lors d'un même rapport sexuel, être capable d'avoir une érection durable et à volonté, et ce sans avoir recours à la fameuse pilule bleue ? Oui, certains hommes en sont capables. Mais comment font-ils pour être inlassables ?

La période réfractaire, ou ce besoin de pause entre les orgasmes

Chez les hommes, l'orgasme est très souvent considéré comme indissociable de l'éjaculation. Or, après l'expulsion du sperme par le pénis, l'homme connaît ce que l'on appelle la période réfractaire, durant laquelle il ne peut pas éprouver de plaisir sexuel. La durée de celle-ci varie généralement de 5 minutes à une journée en fonction de l'âge mais aussi de l'état de santé, de la condition physique, de la fréquence des éjaculations ou encore de l'intensité des orgasmes. Connaître une période réfractaire après l'éjaculation est tout à fait normal et n'est pas considéré comme un trouble sexuel. Il n'existe d'ailleurs pas de médicaments pour l'empêcher ou pour réduire sa durée : le sildénafil, principe actif du Viagra, peut faire revenir l'érection plus rapidement mais pas l'excitation.

Dissocier l'orgasme et l'éjaculation

Certains hommes parviennent toutefois à avoir plusieurs orgasmes à la suite sans connaître de baisse d'excitation. Comment ? En les dissociant de l'éjaculation, ce qui permet à la période réfractaire de ne pas survenir et à l'acte sexuel de se poursuivre. Une faculté qu'ils peuvent avoir toujours eu ou qui a pu survenir "par hasard" lors d'un rapport, à l'instar des femmes fontaines. D'autres hommes développent cette aptitude pour des raisons pathologiques, après une opération de la prostate par exemple, quand d'autres encore travaillent pour l'acquérir. Les taoïstes, par exemple, estiment que tout homme peut "intérioriser" son orgasme et vantent depuis des milliers d'années les bénéfices de l'"injaculation", qui procurerait un plaisir plus intense.

D'après plusieurs études, dont une menée en 2015 par Erik Wibowo et Richard J. Wassersug, respectivement chercheurs à Vancouver, au Canada, et à Melbourne, en Australie, 6% des hommes seraient multi-orgasmiques. Ceux-ci ne sont pas dépendants de leur période réfractaire et peuvent, comme de nombreuses femmes, jouir plusieurs fois de suite.

La prolactine, cette hormone qui bloque l'envie de sexe

Il existe également des hommes, peu nombreux, qui peuvent conserver leur érection et avoir de nouveaux orgasmes malgré une première éjaculation. À la fin des années 1990, des chercheurs allemands ont ainsi étudié le cas de l'un d'entre eux et l'ont comparé à d'autres sujets connaissant une période réfractaire après expulsion du sperme. Ils ont alors remarqué que le taux d'une hormone appelée prolactine n'augmentait pas chez cet homme après l'éjaculation, alors que c'était le cas pendant au moins une heure chez les autres. Depuis, l'expérience n'a pas été reproduite, rapportait Le Figaro en décembre 2018. Le plaisir masculin n'a donc pas encore livré tous ses secrets !

Vos réactions doivent respecter nos CGU.