Priapisme : quand l'érection mène la vie dure

Chargement en cours
Il est impératif de se rendre aux Urgences pour obtenir un diagnostic précis et un traitement.
Il est impératif de se rendre aux Urgences pour obtenir un diagnostic précis et un traitement.
1/2
© Adobe Stock, Khunatorn

Cette affection reste rare (elle toucherait chaque année moins de 2 hommes sur 100 000 en France et environ 6 sur 100 000 aux États-Unis), mais elle constitue une urgence urologique pouvant avoir de graves conséquences sur la santé comme sur la vie sexuelle. Zoom sur le priapisme, trouble se manifestant par une érection prolongée involontaire.

On parle de priapisme lorsqu'une érection, partielle ou complète, persiste involontairement plus de 4 heures après un orgasme ou en dehors de toute stimulation sexuelle. Les corps caverneux du pénis ne parviennent pas à se vider du sang qui s'y est accumulé au cours de l'érection, car l'évacuation de ce dernier par les veines est devenue impossible pour plusieurs raisons. Cette dysfonction érectile doit son nom à Priape, fils d'Aphrodite et de Dionysos, doté d'un gigantesque pénis constamment en érection. Et si elle peut prêter à sourire, elle ne présente que des inconvénients. En plus d'être douloureuse dans la plupart des cas, l'érection persistante prolongée peut causer des lésions irréversibles des corps caverneux, entraînant une impuissance définitive.

Des causes très diverses

Si les mécanismes du priapisme sont encore mal compris, on sait qu'ils impliquent plusieurs facteurs vasculaires et neurologiques. Ce phénomène peut, entre autres, être causé par :

• Certaines maladies du sang (hémopathies) dont la drépanocytose,

• La prise de certains médicaments comme des antidépresseurs, des antihypertenseurs, des anticoagulants ou des corticostéroïdes,

• La privation de drogues comme l'héroïne,

• L'injection dans les corps caverneux d'une dose en excès d'un médicament destiné à traiter l'absence d'érection,

• Ou plus rarement certaines maladies graves comme la leucémie et certains cancers.

À noter que l'on distingue deux sortes de priapisme :

• Le priapisme à bas débit, qui est le plus courant et le plus urgent. Résultant souvent d'un caillot dans la verge ou d'une anomalie du retour veineux, il provoque une asphyxie des fibres musculaires des corps caverneux, le sang n'étant pas oxygéné, et devient rapidement douloureux.

• Le priapisme à haut débit, plus rare, associé à une augmentation du flux artériel qui résulte souvent d'un traumatisme du périnée. Il est moins douloureux, voire pas du tout, car le pénis s'emplit de sang oxygéné.

Un trouble à prendre au sérieux

Si vous êtes sujet à une érection involontaire prolongée, vous pouvez commencer par essayer de la faire passer en vous douchant à l'eau froide, en appliquant des glaçons dans un linge sur la verge ou simplement en marchant. Mais au-delà de 4 heures, il est impératif de vous rendre aux urgences pour obtenir un diagnostic, puis un traitement adéquat. Celui-ci consiste le plus souvent en une ponction du corps caverneux sous anesthésie locale pour en retirer le sang. Toutefois, en cas de priapisme à haut débit (moins urgent que celui à bas débit), des médicaments sont souvent prescrits en premier lieu et peuvent suffire à régler le problème. Sachez que toutes les tranches d'âges peuvent être touchées par le priapisme, de façon isolée ou répétée selon son origine.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.