Mordre, griffer, pincer : pourquoi aimons-nous le sexe sauvage ?

Chargement en cours
Quand le sexe devient sauvage, il n'est pas rare de griffer son partenaire.
Quand le sexe devient sauvage, il n'est pas rare de griffer son partenaire.
1/2
© Adobe Stock, deagreez

Parfois, lors d'un moment intime avec notre partenaire, il nous arrive de perdre légèrement le contrôle... et de tomber dans une certaine sauvagerie. Griffures, morsures... Sans aller jusque dans le BDSM, ces gestes brutaux témoignent de la puissance du désir. Mais pourquoi cette sauvagerie prend-elle parfois le pas sur la tendresse ?

Le sexe est une fusion du corps et de l'âme, un moment d'intimité durant lequel le plaisir prend généralement le pas sur tout le reste, et où il est possible d'oublier les convenances pour laisser libre court à son instinct, ses envies. Et parfois, dans cette situation, c'est votre côté animal qui a tendance à reprendre le dessus. La tendresse laisse place à une certaine sauvagerie, les gestes se font plus brutaux... Et sans aller jusqu'à tomber dans le BDSM pur et dur, une petite dose de douleur peut se mêler au plaisir, alors que certaines personnes se laissent aller à griffer ou à mordre leur partenaire de jeu.

Des gestes brutaux, mais spontanés

La conséquence de cette sauvagerie qui s'installe pendant l'acte ? Des marques sur la peau, qui peuvent subsister quelques heures comme quelques jours. Dans certains cas, les griffures laissent des traînées rouges sur l'épiderme, tandis que les fessées et autres morsures peuvent laisser apparaître des hématomes plus ou moins discrets. Ces preuves physiques sont généralement le seul souvenir qui subsiste de la brutalité des ébats, car quand cette dernière se lie au plaisir, elle est vite oubliée, à condition bien sûr de faire attention à ne pas causer une énorme douleur à son ou sa partenaire. Griffures et morsures sont spontanées mais n'ont pas vocation à faire mal à proprement parler, comme pourrait le faire un fouet, par exemple.

Des pulsions violentes par nature

Mais d'où vient cette manie de se jeter sur l'autre, de vouloir le dévorer, le retenir au point de parfois se montrer légèrement brutal ? Pour les sexologues, cela vient tout simplement de la nature impérieuse du désir, une force brute, avide qui nous fait perdre le sens des convenances et celui de maîtrise, pour ne laisser place qu'au désir et au plaisir. Le sexe est en effet parfois un geste d'abandon, dicté par l'envie, qui permet de renouer avec une part primitive de votre identité. Au même titre que la pénétration, souvent comparée à une forme de "possession" du corps de l'autre, les gestes brutaux sont une manière de marquer son territoire. De rappeler à l'autre : "Tu es à moi".

D'ailleurs, certains spécialistes n'hésitent pas à comparer le sexe avec la nourriture, pour mieux expliquer cette situation. Lorsque vous avez faim, vous avez tendance à dévorer votre repas ? Au moment de faire l'amour, c'est la même chose : le désir impérieux vous pousse à vous jeter sur votre partenaire, quitte à perdre le contrôle. C'est l'acte idéal pour oublier la maîtrise et le calme dont la plupart des personnes font preuve au quotidien. Après tout, l'intimité est propice au lâcher-prise, non ?

Vos réactions doivent respecter nos CGU.