Les jeunes font-ils moins l'amour ?

Chargement en cours
La vie sexuelle de la génération Y est moins palpitante que celle de ses aînés.
La vie sexuelle de la génération Y est moins palpitante que celle de ses aînés.
1/2
© Adobe Stock, Proxima Studio
A lire aussi

Si la sexualité des jeunes semble être plus libérée, des études, l'une anglaise en 2013 et l'autre américaine en 2017, ont prouvé qu'en terme de fréquence, les 18-35 ans font moins l'amour que leurs aînés. Explications.

Avec les médias, les réseaux sociaux, les sites de rencontres 2.0 et l'hypersexualisation de la société, on pourrait imaginer que la génération Y possède un appétit sexuel développé. Seulement, deux études sur la question ont prouvé le contraire. La première menée par la revue britannique The Lancet en 2013 et la seconde publiée en 2017 dans les Archives of Sexual Behaviour aux États-Unis affirment que les 18-35 ans ont des rapports sexuels moins réguliers que les générations précédentes.

Un constat également observé chez les spécialistes comme le confirme Gilbert Bou Jaoudé, sexologue à Lille, dans un entretien accordé à Franceinfo. Il explique : "On a l'impression d'une vie sexuelle plus libre, plus libérée, plus prolongée, plus variée, excepté pour la fréquence des rapports sexuels chez les jeunes, qui est diminuée de façon significative. Il y a 15% en moyenne (de 10 à 18%) de rapports en moins dans la tranche d'âge entre 18 et 25 ans. C'est en diminution alors qu'il y a plus de possibilités d'avoir des partenaires sexuels !"

Internet, principal coupable

Les réseaux sociaux, smartphones et autres objets connectés sont la première raison de cette diminution de la fréquence des rapports sexuels. "Ils diminuent le temps où le couple est à deux. On est connecté avec les personnes lointaines et virtuelles, mais déconnecté avec la personne proche et réelle", poursuit le docteur Bou Jaoudé.

La facilité d'accès à des contenus pornographiques serait également en cause. "Les personnes qui ont des pulsions sexuelles fortes et fréquentes ont plus facilement accès au X avec les objets connectés. Ils ont un comportement sexuel solitaire alors qu'avant, ils allaient plus vers leur partenaire", explique le spécialiste.

Une qualité de vie différente

La qualité de vie au quotidien est également un facteur de la baisse de la libido des jeunes puisque "le monde social et professionnel génère plus de stress et d'anxiété qu'avant et cela a un impact sur la baisse de la fréquence sexuelle car on sait que dans la plupart des cas, l'anxiété diminue la libido..."

Il y aurait également une réponse scientifique à ce phénomène et celle-ci serait directement liée aux perturbateurs endocriniens que l'on retrouve dans l'air pollué, dans les cosmétiques ou certains aliments.

"Nous constatons beaucoup plus de puberté précoce, de cancers de testicules, de déficits en testostérone inexpliqués et d'infertilité. Il y a donc une perturbation du système endocrinien et sans doute du fonctionnement sexuel, avec une légère baisse des hormones sexuelles et donc de l'appétence sexuelle...", conclut le docteur Bou Jaoudé.

Il existerait tout de même un moyen de contrer cette tendance et cela implique de se prêter à des exercices de relaxation tout en adoptant une hygiène de vie saine. La première étape, elle, est de poser son téléphone !

Vos réactions doivent respecter nos CGU.