Le porno réduit-il les capacités cérébrales ?

Chargement en cours
En terme de satisfaction éprouvée le porno peut rivaliser avec un vrai rapport sexuel.
En terme de satisfaction éprouvée le porno peut rivaliser avec un vrai rapport sexuel.
1/2
© Adobe Stock, Keddy

Selon une étude allemande, regarder des films X aurait une incidence directe sur la taille et le fonctionnement du cerveau. Explications.

Vous avez probablement déjà lu que le cerveau humain se développe jusqu'à un certain âge pour finir par atteindre son ultime forme. C'est faux. En réalité, cet organe qui pèse 2% de notre poids mais consomme 20% de notre énergie, change au fil de la vie, développe des connexions nerveuses et en réduit d'autres en tenant compte du type de stimulation qu'il reçoit. Selon une étude menée par l'Institut Max Planck du Développement Humain à Berlin et publiée parle Journal of the American Medical Association en 2014, il existerait "un lien significatif négatif entre le fait de regarder de la pornographie pendant plusieurs heures par semaine et le volume de matière grise dans le lobe droit du cerveau". Après avoir testé cette théorie sur plusieurs volontaires (64 hommes âgés de 21 à 45 ans, qui regardaient en moyenne 4h de porno par semaine), les chercheurs ont remarqué que "plus les sujets regardaient de la pornographie, plus la taille du striatum, petite structure nerveuse juste sous le cortex cérébral, diminuait".

Le plaisir absolu

Si en terme de satisfaction éprouvée, la pornographie peut rivaliser avec un vrai rapport sexuel, c'est parce qu'elle parvient au cerveau comme un plaisir absolu, éprouvé seul et facilement, dans des conditions relaxantes. De quoi stimuler le noyau caudé, qui s'active lorsque nous faisons quelque chose d'agréable et nous pousse à recommencer. Lors du visionnage d'un film X, le circuit cérébral de la récompense est activé et une réaction chimique entraîne la sécrétion de la protéine DeltaFosB. Il s'agit de la même molécule que celle liée aux comportements addictifs.

La stimulation ressentie pendant le visionnage d'un porno plonge le cerveau dans une phase surnommée "le flux" ou encore "être dans la zone". Il s'agit de ce moment où vous vous sentez capable de tout réaliser, que vous perdez la conscience du temps et quand l'activité, en elle-même, est une source de satisfaction. Cela peut aussi arriver lorsque vous avez une discussion enrichissante avec un proche ou même pendant une activité sportive.

Des conséquences sur la vie en société

La fameuse étude allemande a également révélé que la consommation de porno pourrait avoir des conséquences sur le comportement en société. En effet, le noyau caudé est connecté aux parties situées à l'avant de l'encéphale du cerveau.

Cette même partie connecte le plaisir au choix et nous permet de pouvoir se contrôler, tenir compte de l'environnement et du contexte face à une incitation au plaisir. Chez les personnes habituées au porno, cette connexion est affaiblie. Cela cause ensuite des comportements automatiques et stéréotypés.

Le point positif est que si le cerveau est capable d'évoluer dans un sens, il est également possible de revenir en arrière et de réduire les voies neuronales activées par la consommation de films pornographiques.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.