Comment se la jouer "Cinquante nuances de Grey" à la maison ?

Chargement en cours
Le film "50 Nuances de Grey" a inspiré bien des couples dans leur sexualité.
Le film "50 Nuances de Grey" a inspiré bien des couples dans leur sexualité.
1/2
© Adobe Stock, illustrissima
A lire aussi

Depuis sa sortie dans les salles obscures, le film "Cinquante Nuances de Grey" a révolutionné la sexualité de certaines personnes. Le long-métrage a permis au grand public de découvrir l'univers du BDSM - dans une certaine mesure - et l'envie de se tourner vers des pratiques parfois encore taboues. Vous voulez vous laisser tenter ? Voici quelques règles à connaître et à suivre, pour le plaisir de tous.

Il y a maintenant quelques années de cela, les livres puis les films "Cinquante Nuances de Grey" ont été une véritable révolution pour les fans de la saga. Les lectrices, puisque l'histoire s'adressait particulièrement aux femmes, ont découvert un nouvel univers sexuel : celui du BDSM. Une pratique encore peu connue du grand public, pleine de tabous et de clichés, mais aussi pleine de plaisirs lorsqu'elle est bien pratiquée.

Le sigle "BDSM" signifie "bondage, discipline, sado-masochisme", mais évoque également le principe de la domination et de la soumission. Il désigne un ensemble de pratiques sexuelles utilisant la douleur, la contrainte, les rapports de force pour créer de l'excitation et du plaisir, avec ou sans utilisation d'accessoires coquins. Tous les facteurs ne sont d'ailleurs pas nécessaires pour faire d'une relation sexuelle un acte BDSM. Certaines personnes, par exemple, ne pratiquent que les rapports de domination et de soumission, sans douleur ni contrainte.

Avant tout, parlez-en

Comme dans tout ce qui concerne la sexualité, le mot d'ordre est le consentement. Certaines personnes ont tendance à croire que, puisqu'il est question de contrainte, de rapport de force et de domination, cela signifie que la personne soumise doit obéir aux ordres aveuglément. C'est faux. Avant de se lancer dans un jeu BDSM, il est important de mettre en place des règles, afin de définir quelles sont les pratiques acceptées par les uns et les autres. La personne dominante ne doit en aucun cas imposer sa volonté à la personne soumise et la contraindre à faire des choses qu'elle avait refusé, car il s'agirait ni plus ni moins d'un viol. Certaines personnes vont même jusqu'à signer un contrat pour lister les actes autorisés et interdits de manière "officielle", même si ce genre de document n'a aucune valeur légale.

Choisissez un mot-clé de sécurité

Cela fait partie des règles à déterminer en amont de votre partie de jambes en l'air. Afin de pouvoir tout arrêter sans qu'il ne puisse y avoir la moindre ambiguïté, il est intéressant de choisir un "safe word", un mot-clé qui n'a rien à voir avec le sexe et qui signifie que les choses vont trop loin pour vous, que vous voulez arrêter. Certaines personnes choisissent un fruit, une couleur... À vous de trouver ce qui vous correspond.

Adoptez des accessoires qui vous plaisent

Menottes, fouets, cravaches, pinces, bâillons, sextoys... La liste des accessoires liés à l'univers du BDSM est très longue, et vous n'avez aucune obligation d'investir dans tout, tout de suite. Pour commencer, vous pouvez tout à fait improviser avec les moyens du bord : un foulard peut faire office d'attaches, de bâillon, bander les yeux... Il suffit de faire preuve d'inventivité. Au fur et à mesure de votre pratique, vous découvrirez les accessoires qui vous font envie, pour vous constituer une jolie collection coquine. Chaque chose en son temps.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.