À quoi pense-t-on pendant l'amour ?

Chargement en cours
Discuter à coeur ouvert avec son partenaire est le meilleur moyen d'avoir une vie sexuelle épanouie.
Discuter à coeur ouvert avec son partenaire est le meilleur moyen d'avoir une vie sexuelle épanouie.
1/2
© iStock, South_agency

Si certains se concentrent sur leur partenaire, d'autres ont des pensées qui divaguent lorsqu'ils font l'amour. Selon une étude rapportée par ELLE en novembre 2019, 20% des Français pensent au travail lorsqu'ils ont des rapports sexuels. Et vous ?

Faire l'amour a ses bienfaits et aussi ses moments de panique. Certains en sont accros, d'autres ne sont pas penchés sexe, et les relations sexuelles peuvent parfois être sujettes à des problèmes d'égo ou d'envie. Il arrive également qu'au cours d'une partie de jambes en l'air, les pensées parasites envahissent les esprits. À n'importe quel âge, le sexe détend, alors mettez de côté vos préjugés et laissez-vous aller.

Métro, boulot, boulot

ELLE rapportait en novembre 2019 un sondage mené par l'Ifop et Mooncard, qui peut paraître quelque peu surprenant. Sur les 95% de cadres interrogés qui avouent continuer de penser au travail une fois chez eux, 20% embarquent ces pensées au lit et durant les rapports sexuels. Alors pour éviter des conflits avec votre partenaire, n'oubliez pas que le boulot reste au boulot !

Les fantasmes

En 2015, Au Féminin dévoilait une étude réalisée par la marque de sex-toys Lovehoney, révélant que 42% des hommes interrogés avouaient penser à une autre personne en faisant l'amour avec leur partenaire. Et les femmes, elles, étaient 46% à rêver d'un autre partenaire. Mais sur qui fantasment-t-ils ? L'ami proche et le collègue arrivent en tête ! Et pour "20% des femmes et 11% des hommes, l'objet de tous les désirs n'est pas un simple collègue mais leur patron". Toutefois, si certains ont succombé au fantasme, un tiers d'entre eux avoue avoir été déçu.

Les complexes

Psychologies Magazine s'est également penché sur la question et révèle les résultats d'une étude publiée dans le Journal of Sexual Medicine en 2012. Celle-ci indique que "durant les rapports, les femmes sont en majorité préoccupées par leur corps - c'est-à-dire par ce que l'autre pense de leur apparence physique - tandis que la plupart des hommes s'inquiètent de leur performance sexuelle - c'est-à-dire de la qualité de leur érection et de la taille de leur pénis".

Outre les complexes physiques, il arrive que des hommes et des femmes aient honte de leurs fantasmes. C'est ce qu'explique le professeur et sexoanalyste Claude Crépault dans Psychologies Magazine : "Sadisme, masochisme... Notre univers fantasmatique déborde souvent largement nos conduites sexuelles réelles. Et ce n'est pas toujours facile à assumer. Pas simple pour une femme de composer avec un fantasme de soumission à un ou plusieurs hommes - le plus couramment observé chez la gent féminine - lorsqu'elle fait l'amour avec son mari. Idem pour les hommes : difficile d'admettre son fantasme de domination sur une ou plusieurs femmes quand c'est en contradiction avec ses valeurs d'égalité." Et pourtant, parler avec son ou sa partenaire à coeur ouvert permet souvent d'enlever la gêne des situations délicates. N'hésitez pas donc à aborder vos fantasmes sans honte devant votre conjoint(e).

Vos réactions doivent respecter nos CGU.