Pourquoi les adolescents ont moins d'acné qu'avant

Pourquoi les adolescents ont moins d'acné qu'avant
Streetstyle lors du défilé Olivier Theyskens printemps-été 2019 à Paris, le 28 septembre 2018.

Marine Cournede

Il s'agit d'un phénomène majoritairement observé dans la rue, convergeant vers une conclusion toute simple : les adolescents d'aujourd'hui semblent avoir moins d'acné que leurs aînés. Mais à quoi cela est-il dû ?

"Les adolescentes sont désormais prises en charge en amont, notamment dans les grandes villes", explique Marie-Hélène Lair, directrice de la communication scientifique de Clarins à Madame Figaro. "Autour de 11 ans" ajoute-t-elle. Un âge précoce qui s'explique par le fait que leurs mères sont "des quadragénaires de la génération Roaccutane, ce médicament à base d'isotrétinoïne qui a révolutionné l'approche dans les années 1980." Il s'agirait donc d'une approche différente venant des parents, qui préfèrent anticiper les dommages, causés aussi bien sur l'épiderme que sur l'estime de soi.

Une routine beauté différente

Marie-Hélène Lair souligne également qu'en parallèle, les adolescentes font davantage attention à ce qu'elles mangent. Un pas significatif quand on sait que certains aliments, s'ils n'engendrent pas de poussées d'acné immédiates, peuvent "constituer un facteur d'entretien des lésions", comme l'indique la dermatologue Nadine Pomarède. Ainsi, les sodas, sucreries, pains blancs, pâtes ou encore aliments frits seraient à éviter.

Côté maquillage, la génération actuelle est également plus informée : elle aime les ingrédients naturels, sait se maquiller et se démaquiller correctement et traite ses boutons avec bienveillance. Une avancée liée au mouvement Body Positive, qui encourage les jeunes filles à assumer, entre autres, leurs problèmes de peau.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.