Instagram accusé de grossophobie : le réseau social change d'avis sur la nudité

Instagram accusé de grossophobie : le réseau social change d'avis sur la nudité
Instagram revoit sa politique de nudité.

Depuis quelques mois, plusieurs voix se sont élevées pour dénoncer les discriminations envers les femmes rondes sur Instagram lorsqu'elles postent des photos dénudées. Face à ces accusations répétitives, le réseau social a souhaité rectifier le tir. Explications.

Mea culpa. Après avoir fait l'objet de vives critiques quant à sa politique sur la nudité, Instagram a décidé de revoir ses règles en la matière pour éviter toute discrimination. Les changements effectués concernent essentiellement les clichés de poitrines, qui semblaient davantage tolérés pour les femmes minces, et régulièrement censurés pour les rondes, comme le dénonçait la mannequin grande taille britannique Nyome Nicholas-Williams.

Une décision unanimement saluée

Instagram a ainsi reconnu que son modérateur avait supprimé des photos à tort de femmes montrant leurs formes et leurs bourrelets ou couvrant leurs seins. "Nous n'autorisons pas le fait de se compresser les seins car c'est souvent associé à du contenu pornographique, mais nous savons que nous avons commis des erreurs dans la manière dont cela a été appliqué, notamment à l'égard de la communauté grande taille", a déploré une porte-parole du réseau social, comme l'a rapporté le journal 20 Minutes, mercredi 28 octobre 2020, avant de préciser que les "gros plans sur des fesses complètement exposées" et les "mamelons de femmes découverts" étaient toujours interdits.

Dans la foulée, Nyome Nicholas-Williams s'est félicitée de cette nouvelle mise à jour. "Espérons que ce changement de politique mettra fin à la censure des corps noirs et gros", a-t-elle lancé sur Instagram. Même son de cloche pour l'activiste et DJ Leslie Barbara Butch, dont la photo en Une du magazine Télérama sur la grossophobie avait été censurée par le réseau social. "Cette règle a enfin sauté !", s'est-elle exclamée sur son compte. Et de proposer avec malice : "Et si du coup on lançait un ptit (sic) challenge pour vérifier ?" Affaire à suivre...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.