Faut-il interdire les cabines de bronzage ?

Faut-il interdire les cabines de bronzage ?
L'Anses demande au gouvernement la fermeture des cabines de bronzage.

Alertée par le risque de cancer "avéré" dû à l'exposition à des rayons UV artificiels, l'agence nationale de sécurité sanitaire demande le retrait des cabines de bronzage.

Ce mercredi 10 octobre 2018, l'agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) a publié un constat alarmant concernant les effets des cabines de bronzage sur la santé. Face au risque "avéré" de cancer, l'organisme demande aujourd'hui "aux pouvoirs publics de prendre toute mesure de nature à faire cesser l'exposition de la population aux UV artificiels".

"Il n'y a plus de doute"

Selon Olivier Merckel, chef de l'unité d'évaluation des risques aux agents physiques : "Les données scientifiques s'accumulent, il n'y a plus de doute, on a des preuves solides, le risque de cancer est avéré, on a des données chiffrées sur les risques pour les jeunes, pour toute la population, maintenant on recommande une action des pouvoirs publics."

Le risque est d'autant plus élevé chez les jeunes. "Les personnes ayant eu recours au moins une fois aux cabines de bronzage avant l'âge de 35 ans augmentent de 59% le risque de développer un mélanome cutané. En France, il a été estimé que 43% des mélanomes chez les jeunes pouvaient être attribués à une utilisation de ces cabines avant l'âge de 30 ans", poursuit-il.

Un problème qui ne date pas d'hier

Ce qui est d'autant plus alarmant, c'est que ce n'est pas la première fois qu'une telle mesure est réclamée. En 2015, les dermatologues, l'Académie de médecine et les sénateurs ont demandé l'interdiction de ces cabines de bronzage. Le gouvernement avait alors durci les réglementations sans pour autant faire grand chose. Même constat un an plus tôt quand un avis de l'Anses demandait à "la cessation à terme de tout usage commercial du bronzage par UV artificiels".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.